Retour

La directrice d'Amnistie internationale en Turquie reste en prison

Amnistie internationale a vivement protesté mardi après l'annonce du maintien en détention provisoire de sa directrice pour la Turquie et de cinq autres militants des droits de l'homme, évoquant une décision politiquement motivée.

La directrice d'AI pour la Turquie, Idil Eser, fait partie d'un groupe de 10 militants, parmi lesquels figurent un Allemand et un Suédois, arrêtés le 5 juillet dernier dans le cadre de la répression menée dans le pays depuis le coup d'État manqué de juillet 2016. Ils ont été interpellés au moment où ils participaient à un atelier sur la sécurité numérique et la gestion de l'information dans un hôtel près d'Istanbul.

Le ministère public avait requis lundi leur maintien en détention dans l'attente de leur procès. Ils doivent être jugés pour appartenance à une organisation terroriste.

Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet pour six des cas et a ordonné la libération de quatre militants, a annoncé le quotidien Hurriyet.

Réagissant au maintien en prison de sa directrice, Amnistie internationale a déclaré que les 10 militants étaient innocents. « Le parquet turc a eu 12 jours pour établir l'évidence : que ces 10 militants sont innocents. La décision de poursuivre montre que la vérité et la justice sont devenues de parfaits étrangers en Turquie », a déclaré le secrétaire général de l'organisation basée à Londres, l'Indien Salil Shetty.

« Ce n'est pas une enquête valable. C'est une chasse aux sorcières politiquement motivée qui dessine un avenir alarmant pour les droits de l'homme en Turquie », a-t-il ajouté.

Plus d'articles

Commentaires