Retour

La famille du pasteur libéré de Corée du Nord salue l'approche choisie par Ottawa

La famille de Hyeon Soo Lim, un pasteur de la banlieue de Toronto emprisonné en Corée du Nord depuis 2015 et libéré cette semaine, s'est montrée très reconnaissante envers Ottawa, d'autant plus qu'il est en assez bonne santé.

La porte-parole de la famille Lim a estimé en entrevue que le gouvernement canadien avait su aborder la question de la bonne manière avec le régime de Kim Jong-un.

« [Les Nord-Coréens] aiment être traités avec considération. Notre pays en est un de renom, qui fait partie de la communauté internationale, et ces gens nous prennent maintenant au sérieux. L'approche du Canada, simplement en termes de courtoisie, a été très efficace », a avancé Lisa Pak.

Le remise en liberté de l'homme de 62 ans, qui devrait rentrer à Toronto d'ici la fin de semaine, est arrivée au terme de longs échanges entre Ottawa et Pyongyang, qui avaient débuté au siège des Nations unies à New York, a appris CBC.

Le régime de Kim Jong-un avait cependant une exigence à laquelle le gouvernement de Justin Trudeau refusait de se plier : la nomination d'un ambassadeur en Corée du Nord ou, à tout le moins, d'un émissaire permanent. Pyongyang souhaitait également que le Canada paie les frais médicaux du révérend Lim, qui atteignaient quelques dizaines de milliers de dollars.

Mais, de manière assez soudaine, la semaine dernière, les Nord-Coréens ont accepté de recevoir un envoyé spécial. Le gouvernement canadien a confié ce délicat mandat au conseiller à la sécurité nationale et au renseignement auprès du premier ministre Trudeau, Daniel Jean. Ce dernier s'est rapidement envolé au-dessus du Pacifique en compagnie de deux médecins et d'une petite délégation de diplomates, et il a obtenu la libération du pasteur.

Celle-ci est survenue au moment où la tension continue de monter entre Washington et Pyongyang, l'approche du président américain Donald Trump étant beaucoup plus musclée que celle d'Ottawa.

Un décès qui a changé la donne

Lisa Pak croit par ailleurs que le récent décès de l'étudiant américain Otto Warmbier, renvoyé chez lui par Corée du Nord alors qu'il était dans le coma, a aussi joué un rôle dans la décision de Pyongyang de libérer le révérend Lim.

« Je pense que la Corée du Nord, sachant que quelqu'un avait perdu la vie à cause de sa détention, a beaucoup réfléchi à la situation, a-t-elle ajouté. [...] Le décès de ce jeune homme constitue une horrible tragédie, mais au moins quelqu'un d'autre a pu être libéré à cause de cela. »

« Quand une personne meurt en raison du traitement qu'elle a reçu quand elle était incarcérée dans votre pays, ça met une certaine pression sur vous et remet en question votre respect des droits de la personne, a avancé Mme Pak. [...] Les Nord-Coréens disent avoir une politique de respect des droits de la personne et veulent maintenir [leur réputation], ce qui a pu les amener à revoir leurs pratiques en matière de détention. »

Contrairement à Otto Warmbier, le pasteur Hyeon Soo Lim est en bonne santé, a précisé sa famille. Il a perdu du poids, ce qui n'a rien de surprenant, et sa pression sanguine demeure élevée, a fait savoir Lisa Pak. La porte-parole ne disposait que de peu de détails, mais a dit n'avoir aucune raison de s'inquiéter pour son bien-être physique.

À son retour dans la région de Toronto, Hyeon Soo Lim aura l'occasion de rencontrer pour la première fois sa petite-fille née en septembre 2016.

Dans un communiqué, la famille Lim a remercié pour leur aide toutes les personnes qui sont intervenues dans le dossier, tant au gouvernement canadien qu'au gouvernement suédois.

Trudeau confirme la libération du pasteur

Ottawa confirmé jeudi la libération de Hyeon Soo Lim, annoncée la veille par le régime nord-coréen.

« Je suis heureux et soulagé de confirmer que le pasteur Lim a été libéré de prison en Corée du Nord et retrouvera bientôt sa famille et ses amis au Canada », a annoncé le premier ministre Justin Trudeau dans un communiqué envoyé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Une délégation du gouvernement canadien avait été envoyée cette semaine à Pyongyang pour discuter du cas du pasteur Lim, a poursuivi Justin Trudeau, qui a aussi remercié la Suède pour son aide. Stockholm a, en Corée du Nord, une ambassade qui représente dans les faits plusieurs nations occidentales, et a contribué à finaliser la remise en liberté de M. Lim.

« La santé et le bien-être du pasteur Lim demeurent de la plus haute importance pour le gouvernement du Canada et nous nous assurons qu’il reçoit tous les soins médicaux nécessaires », a ajouté M. Trudeau, en indiquant que la sécurité des opérations l’empêchait de donner plus de détails.

Voici un reportage de la chaîne japonaise TV Asahi montrant l’arrivée du pasteur Lim au Japon, en provenance de la Corée du Nord :

Le pasteur Hyeon Soo Lim, de la Light Korean Presbyterian Church de Mississauga, avait été condamné en décembre 2015 à une peine de prison à vie pour crimes contre l'État.

Il avait entre autres été accusé d'avoir porté atteinte à la dignité du chef suprême de la Corée du Nord et d'avoir tenté de se servir de la religion pour détruire le système du pays.

Selon son église, Hyeon Soo Lim effectuait du travail humanitaire en Corée du Nord et s'y était rendu des dizaines de fois avant son arrestation.

Avec des informations de Christian Noël

Plus d'articles

Commentaires