Retour

La fondation Trump sommée d'arrêter de recueillir des dons

La justice de l'État de New York a sommé la fondation Donald Trump, dans une lettre en date du vendredi 30 septembre, de cesser la collecte de dons ou toute autre activité de collecte de fonds.

Dans sa lettre rendue publique lundi par les médias, le procureur Eric Schneiderman a écrit que la fondation ne s'est pas légalement enregistrée auprès du bureau des oeuvres caritatives de l'État de New York et qu'elle n'a jamais soumis les informations financières obligatoires liées à ses activités.

Eric Schneiderman, qui soutient Hillary Clinton dans la campagne à la présidentielle, a donné un délai de 15 jours à la fondation pour fournir les documents nécessaires.

C'est une mauvaise nouvelle pour le candidat républicain qui accumule les déboires depuis son premier débat télévisé avec Hillary Clinton, débat à l'issue duquel la candidate démocrate a été donnée largement victorieuse par les médias américains.

La fondation de Donald Trump était sur la sellette depuis plusieurs semaines.

En septembre, le Washington Post révélait que Donald Trump l'avait utilisée pour payer des amendes à la suite d'un procès, une pratique contraire à la réglementation fiscale américaine.

Le quotidien avait aussi mentionné que le candidat avait fait régler par sa fondation 258 000 $ US d'indemnités versées en son nom dans des règlements à l'amiable, alors que la fondation doit seulement servir à des fins caritatives.

Ce week-end, le New York Times a révélé que Trump pourrait avoir évité de payer des impôts pendant 18 ans, en publiant des extraits de sa déclaration de revenus de 1995.

Des révélations que la candidate démocrate exploite pour discréditer son adversaire. « Alors que des millions de familles américaines, dont la mienne et la vôtre, payaient leur part, il semble qu'il [Donald Trump] n'ait aucunement contribué à notre pays », a déclaré Hillary Clinton lors d'un rassemblement à Toledo, haut lieu de l'industrie automobile dans l'Ohio, un État clé du scrutin.

Ce lundi, le républicain a toutefois déplacé le débat sur un de ses thèmes favoris : la cybersécurité, le talon d'Achille de l'ancienne secrétaire d'État.

M. Trump a répliqué lors d'une rencontre avec une association d'officiers militaires à la retraite à Herndon, en Virginie.

Plus d'articles