Retour

La France rend hommage aux victimes des attentats de Paris

Deux ans après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts et 350 blessés, le président de la République Emmanuel Macron a rendu hommage aux victimes en visitant lundi chacun des lieux où les terroristes ont fait feu.

Dans un parcours respectant la chronologie des attaques survenues le 13 novembre 2015, le convoi des officiels – formé d’Emmanuel Macron, de la maire de Paris Anne Hildago et de l’ancien président de la République François Hollande – a déposé une gerbe de fleurs au pied de chacune des plaques commémoratives.

À chaque endroit, une minute de silence a été observée et les noms de chacune des victimes ont été récités. Dans un hommage sobre, les officiels ont délaissé les discours politiques et les allocutions pour prendre le temps d'aller saluer les familles des victimes.

Le convoi s’est rendu au Stade de France en matinée, premier lieu frappé par les attaques, où deux bombes avaient paralysé la foule. Une personne y avait perdu la vie.

Les dignitaires ont par la suite emprunté le chemin du « commando des terrasses », qui a ouvert le feu sur les gens qui se trouvaient alors à l’extérieur des restaurants et des bars des 10e et 11e arrondissements de Paris.

Le convoi s'est arrêté devant Le Carillon, Le Petit Cambodge, La Bonne Bière et Casa Nostra, le Comptoir Voltaire et la Belle Équipe, où 39 personnes ont été tuées.

La dernière cérémonie s'est tenue au Bataclan, lieu le plus meurtrier des attaques, où 90 personnes ont péri. Les membres du groupe Eagles of Death Metal, qui étaient en concert le soir de l'attaque, sont venus rendre hommage aux victimes.

« C’est un moment de recueillement, c’est sobre. Je crois qu’il n’en faut pas plus, en fait », confie Caroline, veuve d’un des spectateurs qui assistait au concert ce soir-là, au Bataclan.

« J’ai perdu mon mari au Bataclan. C’est là où j’ai l’impression qu’il faut que je sois au moment où son nom est prononcé », ajoute-t-elle.

Emmanuel Macron a conclu les commémorations par un lâcher de ballons sur la place de la Mairie du 11e arrondissement, comme celui qui s'était déroulé en 2016.

Les attentats du 13 novembre 2015, revendiqués par le groupe armé État islamique, sont à ce jour les pires attaques terroristes à avoir frappé la France.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine