Retour

La Maison-Blanche nie vouloir utiliser la Garde nationale contre les immigrants illégaux

Selon une ébauche de mémo obtenue par l'Associated Press, l'administration du président Donald Trump envisagerait le déploiement de près de 100 000 gardes nationaux afin de contrer l'immigration illégale, une information niée par la Maison-Blanche.

Le mémo, daté du 25 janvier 2017, a été rédigé par le secrétaire à la Sécurité intérieure, John Kelly.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a qualifié cette information de fausse et le reportage de l’Associated Press « d’irresponsable ».

Le document indique que ces troupes pourraient procéder à l’arrestation de millions d’immigrants illégaux vivant le long de la frontière avec le Mexique. Onze États seraient visés par le projet, soit quatre États frontaliers - la Californie, l’Arizona, le Nouveau-Mexique, le Texas - ainsi que l’Oregon, le Nevada, l’Utah, le Colorado, l’Oklahoma, l’Arkansas et la Louisiane.

Selon le mémo, les soldats participant aux opérations seraient ainsi autorisés « à effectuer le même travail que les agents de l’immigration quant aux enquêtes, à l’arrestation et à la détention d’intrus aux États-Unis ».

La Garde nationale a déjà été mobilisée le long de la frontière avec le Mexique, mais ce serait la première fois que le contrôle de l’immigration serait autant renforcé dans des États qui ne sont pas frontaliers.

Les porte-parole des gouverneurs des États concernés ont indiqué ne pas être au courant d'une telle mesure et soit ont refusé de commenter l'information soit ont indiqué qu'il était encore trop tôt pour le faire.

Si la proposition est mise en vigueur, ces gouverneurs auront le dernier mot, puisqu'ils contrôlent la Garde nationale sur leur propre territoire.

Plus d'articles