Retour

La polémique prend de l'ampleur au festival de la BD d'Angoulême

La polémique qui affecte le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême prend de l'ampleur. Sur les 30 bédéistes en nomination pour son Grand Prix, aucune femme n'y figure.

Après le désistement du finaliste Riad Sattouf, qui voulait céder sa place à une bédéiste, neuf autres collègues l'ont imité. Il s'agit des bédéistes Joann Sfar, Daniel Clowes, Charles Burns, Pierre Christin, Milo Manara, François Bourgeon, Chris Ware, Christophe Blain et Étienne Davodeau.

Dans un communiqué, les organisateurs du festival ont refusé de modifier la liste des créateurs en nomination, mais ils ajouteront des noms d'auteures parmi la sélection.

Franck Bondoux, le délégué général du festival, a précisé que ce Grand Prix récompense l'ensemble d'une carrière. Il a cependant concédé que la liste aurait pu contenir une ou deux bédéistes.

Les organisateurs arguent également que les femmes bédéistes sont bien représentées dans la Sélection officielle de l'événement, et que cette année, elles représentent « 25 % des livres alors que la représentation de celles-ci parmi l'ensemble des auteurs est inférieure à 15 % ».

La sélection du Grand Prix comprend des artistes renommés tels que Frank Miller, Alejandro Jodorowsky, Stan Lee (Spider-Man) et Quino (Mafalda).

L'an dernier, l'auteure Marjane Satrapi (Persepolis) était en nomination pour ce prix qui souligne la carrière d'un bédéiste. Le festival rappelle d'ailleurs qu'il a joué un rôle important dans l'essor de sa carrière, ainsi que pour celle de Julie Maroh.

Depuis sa création en 1974, seule Florence Cestac a remporté ce prix, précisément en 2000.

Le 43e Festival international de la bande dessinée d'Angoulême aura lieu du 28 au 31 janvier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine