Retour

La police californienne compte de nouveau sur l'ADN pour retrouver le « tueur du Zodiaque »

La police de la Californie espère que la technologie d'analyse génétique qui lui a permis d'identifier celui qui serait le « tueur du Golden State » lui permettra maintenant de retrouver un autre criminel recherché depuis des décennies.

Celui qui est connu sous le nom du « tueur du Zodiaque » a poignardé à mort ou tué par balles cinq personnes en 1968 et 1969, dans le nord de la Californie. Il a également nargué les enquêteurs en leur envoyant et en publiant dans la presse des lettres mystérieuses et des cryptogrammes.

La police de la municipalité de Vallejo mène l’enquête, parce que les deux premières victimes ont été tuées dans cette ville.

Le meurtrier recherché a été affublé du surnom « tueur du Zodiaque » puisque certains cryptogrammes incluaient des symboles et des références astrologiques.

Il y a quelques mois, le service de police de Vallejo a transmis à un laboratoire privé deux des lettres que le suspect lui avait fait parvenir dans le passé, dans l'espoir d'en tirer des éléments génétiques, par exemple à partir de la salive utilisée pour humecter l'envelopper ou apposer le timbre. Des résultats sont attendus sous peu.

« Ils [les analystes en génétique] étaient confiants de pouvoir en retirer quelque chose », a confié au Sacramento Bee le détective Terry Poyser, de la police de Vallejo.

M. Poyser dit avoir bon espoir que les analyses en laboratoire permettront de découvrir le profil génétique de l’auteur des crimes commis.

Le cas du « tueur du Golden State »

L'obtention d'un profil génétique pourrait ensuite permettre à la police d'utiliser les mêmes tactiques d'enquête que celles qui ont mené à l'arrestation, le mois dernier, de Joseph DeAngelo. Cet ancien policier serait le « tueur du Golden State », qui s'est rendu coupable d'au moins 12 meurtres et 50 viols en Californie entre 1976 et 1986.

Pour mettre la main sur cet homme, les enquêteurs ont utilisé l'ADN laissé sur les lieux de ses crimes, mais aussi des informations génétiques sur un membre de sa famille, trouvées sur un site Internet consacré à la généalogie.

La technique utilisée par les enquêteurs consiste à comparer le profil génétique du suspect avec celui de membres de sa famille. Les enquêteurs peuvent donc tracer un arbre généalogique de plusieurs générations pour finalement cibler le suspect.

Des enquêteurs du sud de la Californie effectuent ces jours-ci des tests à partir de l’ADN recueilli sur une scène de double meurtre et de viol, afin de voir s’ils ne peuvent pas le rattacher au dossier de Joseph DeAngelo.

À l’inverse, Craig Coley a récemment été innocenté de ces crimes après avoir passé 38 ans en prison pour le meurtre d’une étudiante de 24 ans et de son garçon de quatre ans en 1978.

Une bonne idée

Les défenseurs de la vie privée s'inquiètent de dérapages possibles, mais la police espère que la tactique leur permettra de finalement élucider les crimes du « tueur du Zodiaque ».

« C’est une bonne idée. Je pense que nous assisterons à plus d’enquêtes qui se serviront de cette technique à l’avenir », a dit Gary Harmor, fondateur et directeur du laboratoire privé en génétique Serological Research Institute.

Plusieurs pièces à conviction, incluant une corde qui a été utilisée pour attacher les victimes tout comme plusieurs lettres, ont été soumises à des tests pour établir le profil génétique du tueur, en vain.

Le détective Terry Poyser a déclaré que les progrès récents dans les tests sur l’ADN ont incité les enquêteurs à rechercher une correspondance concernant deux des lettres écrites par le meurtrier.

Une coïncidence

Le maire de la localité de Vallejo, Bob Sampayan, a dit que les échantillons avaient été acheminés au laboratoire à titre routinier.

M. Sampayan, un ancien inspecteur en homicides, a indiqué que les policiers transmettent des échantillons d’ADN à des laboratoires tous les deux ou trois ans, espérant que les avancées dans le domaine de l’identification génétique puissent permettre d’établir un profil que les enquêteurs pourront ensuite utiliser.

« C’est une coïncidence », a affirmé le maire Sampayan au sujet des tests effectués en ce moment concernant l’ADN du « tueur du Zodiaque » et de la récente percée des autorités dans le dossier du « tueur du Golden State ». « Il viendra un moment où nous aurons une concordance », a-t-il ajouté.

En 2007, la sortie du film Zodiac, mettant en vedette les acteurs Robert Downey Jr. et Jake Gyllenhaal, a relancé l'intérêt pour cette affaire criminelle.

En 2008, la Californie est devenue le premier État américain à autoriser ce genre de test. Depuis, cette technique a été utilisée dans au moins huit autres États.

Cette méthode a notamment mené à l’arrestation de Lonnie Franklin Jr., surnommé le « Grim Sleeper », un tueur en série qui a sévi dans la région de Los Angeles de 1985 à 2007.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine