Retour

La police de Chicago arrête un mineur en lien avec une agression sexuelle diffusée sur Facebook

Un adolescent de 14 ans a été arrêté samedi, à Chicago, relativement au viol collectif d'une jeune fille de 15 ans diffusé en direct sur Facebook et que personne n'a dénoncé aux autorités, a annoncé la police.

Le porte-parole de la police de Chicago, Anthony Guglielmi, affirme que d’autres arrestations dans cette sordide histoire sont à prévoir alors que l’enquête se poursuit. La police indique que cinq ou six hommes ont été impliqués dans cette agression.

Anthony Guglielmi soutient que le garçon arrêté « était un des délinquants qui apparaissait dans la vidéo ». Le mineur fait face à des accusations d’agression sexuelle grave, de fabrication et de distribution de pornographie juvénile.

La victime, âgée de 15 ans, a été portée disparue le 19 mars et a été retrouvée deux jours plus tard. Elle a été admise dans un hôpital de Chicago alors que les autorités ont ouvert une enquête pour agression sexuelle.

Le porte-parole affirme que la police n'a été avisée de l'agression qu'au moment où la mère de la victime a interpellé le directeur du service de police pour lui montrer la vidéo, alors qu’il quittait une station d’essence du quartier West Side.

Le chef du service de police, Eddie Johnson était « visiblement choqué », autant par le contenu de la vidéo que par le fait qu’aucun des 40 spectateurs qui ont vu l’événement en direct n’ait dénoncé cette agression aux autorités, affirme M. Guglielmi.

La famille déménage

La mère de la victime a déclaré le mois dernier à l’Associated Press que sa fille avait reçu des menaces en ligne à la suite de l’agression et que des enfants de son quartier avaient sonné à la porte de son domicile.

Un peu plus tard, le Chicago Times a rapporté que la famille de l’adolescente avait déménagé.

Dans un communiqué, Facebook a refusé de commenter directement la présumée agression de l’adolescente de 15 ans, mais a déclaré prendre très au sérieux sa « responsabilité d’assurer la sécurité des gens sur Facebook ».

C’est la deuxième fois au cours des derniers mois que la police de Chicago enquête sur des attaques diffusées en direct sur Facebook. En janvier, quatre personnes ont été arrêtées et accusées de « crime haineux » après avoir séquestré et brutalisé un jeune homme souffrant d'un handicap mental.

Plus d'articles

Commentaires