Retour

« La politique doit davantage être faite par les femmes, pour les femmes »

Kareen Rispal, ambassadrice de France au Canada, et Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada en France, préparent le sommet du G7, qui aura lieu dans la région de Charlevoix, au Québec. Elles croient incarner le changement qui permettra de briser le « plafond de verre » à ces hautes fonctions de la diplomatie.

Politique étrangère féministe?

En entrevue à l'émission 24/60, la diplomate Isabelle Hudon rappelle qu’en plus de la préparation du sommet en dressant les priorités, elle doit mener à bien un conseil consultatif pour aider les leaders à réfléchir à l’égalité entre hommes et femmes et aux moyens d'augmenter l'implication de celles-ci.

Pour l’ambassadrice de France au Canada, « la politique doit davantage être faite par les femmes, pour les femmes ». C’est ainsi, dit Kareen Rispal, qu’on peut définir une politique étrangère féministe.

Mme Rispal explique qu’une femme s’intéresse davantage à l’éducation et à la santé. « Et ce sont des thématiques qu’il faudra intégrer, par exemple, lorsqu’un pays se reconstruira ».

Sur la question des relations des chefs d’État avec « l’imprévisible » président américain, l’ambassadrice de France estime que « e Canada et la France partagent une vision commune du monde ». Tous les canaux de discussion sont utiles, insiste Mme Rispal, surtout si l’on s’entend sur le message.

« Ne vous trompez pas, ajoute de son côté l’ambassadrice canadienne Isabelle Hudon, lorsque les portes se ferment […] c’est toujours très respectueux, mais extrêmement direct. »

Donald Trump et les femmes

L’interaction qu’on a avec M. Trump, c’est l’image projetée, notamment par l'entremise des médias, fait remarquer Mme Hudon. Visiblement gênée et tout en prônant le recours aux institutions, notamment la justice pour dénoncer les inconduites sexuelles et le harcèlement, Mme Hudon avoue ressentir un malaise.

La diplomate canadienne salue également le courage des femmes qui ont brisé le silence en rendant publique cette partie de leur vie privée.

L’ambassadrice de France au Canada reconnaît elle aussi que l’attitude du président américain avec les femmes la met « mal à l’aise ». Elle salue aussi la mobilisation autour de cet enjeu qu’elle situe dans le contexte de l’égalité entre les femmes et les hommes. « Enfin, il y a réalisation que les femmes ne sont pas traitées comme elles le devraient, qu’il y a des inégalités et qu’il faut autonomiser les femmes ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards