Retour

La Russie a essayé de pirater les systèmes électoraux américains

Le service de renseignement russe a mené au moins une cyberattaque auprès de l'un des fournisseurs de logiciel de vote américain, peu avant l'élection présidentielle de novembre aux États-Unis, révèle le média en ligne The Intercept, sur la base d'un document classé secret de l'Agence de sécurité nationale (NSA).

La Russie a envoyé des courriels d’hameçonnage à plus d’une centaine de responsables électoraux locaux, toujours selon les documents secrets que The Intercept a obtenus d’une source anonyme.

Des entreprises privées qui fournissaient des services d’inscription électorale et des équipements aux collectivités locales ont ainsi fait l’objet de piratage pendant plusieurs mois, et presque jusqu’au jour de l’élection présidentielle du 8 novembre, selon ce document classé ultrasecret daté du 5 mai.

Le document dont fait état The Intercept est authentique, selon CNN, qui a obtenu la confirmation d’un responsable du renseignement américain. Selon ce dernier, l'information n’a pas changé l’évaluation de la communauté du renseignement de janvier dernier, qui a déterminé que le service du renseignement russe a obtenu et conservé l’accès à des éléments de plusieurs des commissions électorales d’États américains et locales.

À la suite de la publication de l’article, le département américain de la justice a annoncé avoir arrêté Reality Leigh Winner, une employée de Pluribus International Corporation, un sous-traitant du gouvernement sur les questions de sécurité nationale, pour avoir divulgué une information ultraconfidentielle à un média en ligne.

Les procureurs affirment que lorsque la jeune femme de 25 ans a été interrogée, elle a admis avoir intentionnellement transmis le document secret.

La NSA lie étroitement les piratages décrits dans son document confidentiel à l'agence de renseignement militaire russe, GRU, selon The Intercept. Toutefois, il n’est pas précisé si l’intervention de la Russie a eu une quelconque influence sur la victoire de Donald Trump.

Les agences américaines de renseignement ont toujours affirmé que les piratages n’avaient eu aucun effet direct sur l’issue du scrutin.

Cette fuite survient alors que l’ancien chef du FBI James Comey doit témoigner jeudi devant le comité sénatorial du renseignement sur les ramifications de l’ingérence russe présumé dans l’élection présidentielle.

Donald Trump a d’ailleurs assuré qu’il ne ferait pas usage de sa prérogative présidentielle pour bloquer ce témoignage fort attendu et potentiellement explosif.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine