Retour

La Russie veut utiliser les bases aériennes égyptiennes

La Russie et l'Égypte ont conclu un projet d'accord en vertu duquel les forces aériennes d'un pays pourraient utiliser les bases aériennes de l'autre.

La nouvelle a été rendue publique jeudi par la publication d’un décret signé par le premier ministre russe Dmitri Medvedev sur le site du gouvernement.

Le décret, daté du 28 novembre, ordonne au ministre russe de la Défense de négocier un accord final avec les autorités égyptiennes à ce sujet.

Le projet d’accord prévoit qu’un pays pourrait utiliser les bases militaires de l’autre moyennant un avis donné cinq jours à l’avance. L’entente serait d’une durée de cinq ans, et elle serait renouvelable.

Un tel dénouement permettrait à la Russie d’étendre son rayon d’action en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Le conflit en Syrie a mis en évidence la capacité de la Russie de déployer son armée dans la région.

Moscou a épaulé le régime de Bachar Al-Assad en utilisant des forces navales de la base navale de Tartous, sur la côte méditerranéenne, et en déployant des forces aériennes à la base de Hmeimim, dans la province de Lattaquié.

En janvier dernier, Moscou a signé avec Damas un accord lui permettant d'utiliser la base navale de Tartous pour 49 ans de plus, et d'utiliser la base aérienne pde Hmeimim pour la même durée.

L’aviation russe a aussi utilisé très brièvement la base aérienne iranienne d'Hamadan dans l'ouest de l'Iran, en août 2016, pour bombarder en Syrie.

L’Égypte a récemment signé d’autres accords de coopération militaire avec la Russie, et a conclu des contrats pour acheter des avions de chasse, des hélicoptères et d’autres armes russes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine