Retour

La Wallonie maintient son opposition à l'accord Canada-UE

Le gouvernement wallon demeure opposé à l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne (UE), affirme l'agence belge Belga, empêchant ainsi la ratification de l'entente commerciale. 

La Commission européenne, qui négocie les traités commerciaux de l'UE, a proposé au Parlement de la Wallonie des concessions, qui seraient annexées à l'accord Canada-UE. Un diplomate européen a déclaré que ces modifications visaient à répondre aux inquiétudes de la Wallonie en ce qui concerne les questions agricoles et le mode de règlement des litiges avec les entreprises canadiennes.

Le chef du gouvernement wallon, Paul Magnette, les a toutefois jugées insuffisantes. « Des progrès ont été faits, mais, pour nous, à ce stade, les avancées ne sont pas suffisantes », a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse jeudi.

« Le Canada considère qu'il reste des marges de négociations, il apparaît sur certains points plus ouvert que les instances européennes », a-t-il ajouté.

M. Magnette a par ailleurs affirmé qu'il rencontrera de nouveau la ministre canadienne du Commerce international, Chrystia Freeland, « pour examiner [...] où il est encore possible de trouver des marges [de négociation] et de faire évoluer les textes qui [leur] ont été soumis jeudi ». 

L'accord de libre-échange doit être approuvé par les 28 pays membres de l'Union européenne. La Belgique, pour donner son aval, doit avoir l'approbation de ses gouvernements régionaux, dont fait partie la Wallonie. 

La région belge a jusqu'à vendredi pour accepter le traité commercial. 

L'entente commerciale doit être signée le 27 octobre à Bruxelles par le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et les pays membres de l'UE, si tous s'entendent.

Plus d'articles