Retour

Las Vegas : la conjointe du tireur dit qu'elle ignorait ses intentions

La conjointe du retraité soupçonné d'avoir abattu 58 personnes à Las Vegas ignorait tout des plans d'attaque de Stephen Paddock, selon une déclaration lue par son avocat Matthew Lombard, à Los Angeles, où elle a atterri mercredi.

« Il ne m'est jamais venu à l'esprit en aucune façon qu'il planifiait des violences contre quiconque », soutient Marilou Danley dans sa déclaration écrite. « En tant que mère et grand-mère, mon cœur est brisé pour tous ceux qui ont perdu des proches », ajoute-t-elle, se disant « dévastée par les morts et les blessés ».

La sexagénaire connaissait le suspect de la fusillade comme « un homme gentil, attentif, tranquille ».

Marilou Danley, qualifiée par les autorités américaines de « personne d'intérêt » dans le cadre de l'enquête, est rentrée aux États-Unis après avoir quitté les Philippines, son pays d'origine, ont indiqué mercredi des sources à l'aéroport international de Manille.

Cette femme était arrivée à Manille en septembre, ont indiqué des sources policières et les services d'immigration.

« Son voyage de retour aux États-Unis a été coordonné avec le FBI (la police fédérale américaine) », a fait savoir un responsable des forces policières.

Mme Danley a quitté Manille sans escorte, mais a été reçue par des agents fédéraux à son arrivée à l'aéroport de Los Angeles. Aux dires d'un responsable aux Philippines, Mme Danley rentrait aux États-Unis pour assurer les autorités de son absence d'implication dans la pire tuerie de masse de l'histoire américaine.

Les autorités philippines enquêtent toutefois sur un virement de 100 000 $ qu'elle aurait reçu de la part de son conjoint. Selon NBC News, qui cite des sources policières, il a transféré cette somme dans un compte aux Philippines la semaine précédant son crime.

De son côté, Marilou Danley soutient dans son texte que Stephen Paddock lui a transféré cette somme afin qu'elle puisse acheter une maison pour elle et sa famille dans son pays natal.

De plus, les sœurs de Marilou Danley soutiennent que le suspect a encouragé sa conjointe à s'envoler pour l’étranger avant qu'il ne commette son crime.

« Il l’a fait partir pour qu’elle ne se mêle pas de ce qu’il était en train de planifier », a dit l’une des sœurs au cours d'une entrevue à la chaîne Seven News, en Australie, où elles vivent. Elles ont préféré ne pas dévoiler leur visage et leur prénom à la télévision.

« Il voulait que je fasse un voyage là-bas pour voir ma famille, indique Mme Danley dans sa déclaration. Comme tous les Philippins qui vivent à l'étranger, j'étais heureuse de rentrer chez moi, voir ma famille et mes amis. »

Stephen Paddock, qui s'est suicidé dimanche soir quelques instants avant que la police ne donne l'assaut dans la chambre d'hôtel qu'il avait transformée en poste de tir, n'a laissé aucun indice expliquant le mobile de son attaque.

Aux dires du responsable de la police philippine, les autorités de Manille ont appris que M. Paddock avait utilisé des papiers d'identité de Mme Danley, qui détient un passeport australien, au moment de s'inscrire à l'hôtel Mandalay Bay.

Une double vie

La police tente toujours de faire la lumière sur les motifs de Stephen Paddock, ce retraité de 64 ans qui semblait mener une existence sans histoire, jusqu'à ce qu'il ouvre le feu sur une foule de 22 000 personnes lors du festival de musique country Route 91 Harvest.

« Depuis 72 heures, plus de 100 enquêteurs s'acharnent à passer la vie de Stephen Paddock au peigne fin », a déclaré le shérif de Las Vegas, Joseph Lombardo, en conférence de presse mercredi soir.

« Nous essayons de comprendre ses motivations », a-t-il ajouté, précisant que des entretiens avec l'ex-femme de Stephen Paddock ou son frère n'avaient pas permis d'ouvrir des pistes jusqu'à maintenant.

Le shérif a ajouté que les possibles indices d'une maladie mentale étaient étudiés par les enquêteurs. D'après le quotidien Las Vegas Review Journal, il aurait fait l'objet d'une ordonnance pour un anxiolytique en juin, un médicament qui peut générer des comportements agressifs.

Stephen Paddock avait accumulé un arsenal de 47 fusils et armes de poing, des explosifs et des milliers de munitions. Au total, 1600 cartouches ont été retrouvées dans sa voiture par les enquêteurs.

Trump à Las Vegas

Le président américain Donald Trump s'est rendu à Las Vegas, où il a visité un hôpital et le quartier général de la police. Il a rencontré des patients blessés dans la tragédie et les a même invités à lui rendre visite à la Maison-Blanche.

M. Trump a également félicité le personnel hospitalier pour le professionnalisme dont il a fait preuve à la suite du massacre, avant de prendre la direction du quartier général de la police où il allait congratuler les forces de l’ordre pour la rapidité de leur intervention, qui a permis de limiter le nombre de victimes.

Le président Trump a de nouveau refusé d’aborder la question du contrôle de l’achat d’armes à feu aux États-Unis. « Nous ne parlerons pas de ça aujourd’hui », s’est-il contenté de répondre à un journaliste qui l'interrogeait à ce propos.

« C’est un homme très malade », a répété M. Trump au sujet du tireur, sans pouvoir fournir d’éléments nouveaux sur les motifs de son geste.

Plus d'articles

Commentaires