Retour

Le 11 juillet 1995, des milliers d'hommes étaient massacrés à Srebrenica

Le 11 juillet 1995 restera à jamais marqué dans la mémoire des Bosniaques. Ce jour-là, les forces serbes ont systématiquement massacré les hommes et les garçons musulmans de la région de Srebrenica. En quelques jours, environ 8000 personnes ont été tuées.

1. Que s'est-il passé exactement?

Le 7 juillet, les forces serbes de Bosnie, menées par le général Ratko Mladic, prennent d'assaut la ville de Srebrenica.

Environ 400 Casques bleus néerlandais protégeaient la région, considérée comme une zone protégée par l'ONU. Pour faire face à l'assaut serbe, ils demandent un soutien aérien qui leur est refusé.

Les Serbes rassemblent alors la population. Les femmes et les enfants sont évacués vers les zones musulmanes, alors que les hommes et les adolescents sont entraînés vers les forêts environnantes.

Au cours des jours suivants, ils seront exécutés, puis enterrés dans des fosses communes. Jusqu'ici, 6471 victimes ont été exhumées de fosses communes, identifiées et enterrées dans le centre mémoriel de Potocari, près de Srebrenica. Plus de 2000 personnes sont toujours portées disparues.

Il s'agit du pire massacre commis en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale.

2. Où se trouve Srebrenica?

Cette petite ville de quelques milliers d'habitants se trouve dans l'est de la Bosnie, près de la frontière avec la Serbie. Le conflit en ex-Yougoslavie s'est déroulé à à peine une heure d'avion des capitales européennes.

Pour regarder la carte sur votre appareil mobile, cliquez ici.

3. Dans quel contexte ce massacre s'est-il déroulé?

Le massacre de Srebrenica est le point culminant dans la guerre qui a opposé les Bosniaques et les Serbes entre 1992 et 1995 après l'éclatement de la Yougoslavie.

La Slovénie et la Croatie ont obtenu leur indépendance de ce pays en 1991. À la suite de ces évènements, les députés croates et musulmans de Bosnie-Herzégovine votent en faveur de la souveraineté en octobre 1991.

Mais les Serbes de Bosnie-Herzégovine refusent la séparation. Ils réclament le droit de se rattacher à la République fédérale de Yougoslavie (RFY), présidée par le Serbe Slobodan Milosevic.

Les affrontements entre Serbes, Croates et musulmans s'étendent rapidement dans toute l'ex-Yougoslavie. Les milices serbes, soutenues par l'armée fédérale, entreprennent la conquête des territoires majoritairement serbes. Avec pour objectif la « purification ethnique », ils tentent d'en chasser les Croates et les musulmans. Les combats sont extrêmement violents.

La guerre de Bosnie sera la plus meurtrière des guerres de l'ex-Yougoslavie : elle fera au moins 100 000 morts, 40 000 femmes seront violées, plus de 2,2 millions de personnes seront déplacées. Le siège de Sarajevo (1992-1996) marquera les mémoires.

Le conflit se conclut par les accords de Dayton, signés en décembre 1995. Ils débouchent sur un partage de la Bosnie-Herzégovine entre Serbes d'un côté et Croato-musulmans de l'autre, ainsi que le déploiement d'une force multinationale de maintien de la paix mise en place par l'OTAN.

4. Où en est la Bosnie aujourd'hui?

Dix-sept ans après la guerre, la paix ethnique est loin d'être revenue en Bosnie. Les relations entre Serbes et musulmans demeurent problématiques.

Encore aujourd'hui, il reste des milliers de personnes déplacées.

En 1995, les trois quarts des habitants de Srebrenica étaient musulmans. Aujourd'hui, ils ont été remplacés par des Serbes qui ont fui des zones de combat. En outre, plusieurs des coupables des atrocités sont encore en liberté et une partie de la population serbe refuse de croire au massacre de la population musulmane de Bosnie.

Si le président et le Parlement serbes se sont excusés pour « le crime commis à Srebrenica », la Serbie n'a jamais reconnu qu'il s'agissait d'un génocide, comme le soutient le Tribunal pénal international.

5. Justice a-t-elle été rendue?

En ce qui concerne les principaux responsables du massacre, les leaders politique et militaire des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic et Ratko Mladic font finalement face à la justice après des années de cavale. Les deux hommes ont été arrêtés, Karadzic en 2008 et Mladic en 2011. Transférés au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye, ils sont jugés pour génocide.

Quatorze hauts responsables serbes ont été déclarés coupables pour leur implication dans ce massacre. Les procès de Radovan Karadzic et de Ratko Mladic sont encore en cours, ainsi que ceux de deux autres accusés.

Pour sa part, Slobodan Milosevic, qui était alors président de l'ex-Yougoslavie, a été accusé de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, notamment pour sa responsabilité dans le massacre de Srebrenica. Son procès a toutefois avorté, puisqu'il est mort en prison le 11 mars 2006.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine