Retour

Le Canada alloue 300 millions sur trois ans pour venir en aide aux Rohingyas

Afin de répondre à la crise des Rohingyas qui, persécutés par l'armée birmane, ont quitté par centaines de milliers leurs maisons au Myanmar depuis août dernier pour se réfugier au Bangladesh, Ottawa a annoncé mercredi que le gouvernement accordera 300 millions de dollars sur trois ans « pour répondre aux besoins humanitaires et pour favoriser la stabilisation et le développement de la région ».

L’argent servira notamment à financer des services destinés aux femmes, dont beaucoup ont été violées.

« Nous allons continuer à investir dans les services vitaux pour les femmes et les filles. […] Une aide humanitaire plus sensible au genre est l’un des objectifs de notre politique d’aide internationale féministe », a indiqué la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, en conférence de presse.

L’argent servira également à « répondre aux besoins des communautés d’accueil au Bangladesh » et à aider les Rohingyas qui sont toujours au Myanmar, bien que la ministre n’ait pas précisé comment.

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, aussi présente, a de son côté noté que les fonds serviront à documenter les atrocités commises dans le but de traduire les responsables en justice, l’un des plus grands souhaits des Rohingyas, dit-elle.

« Il s’agit d’un épurage ethnique, de crimes contre l’humanité. […] Nous allons accumuler des preuves. J’ai confiance qu’ils ne pourront pas se cacher », a lancé Mme Freeland.

Depuis le mois d’août, près de 700 000 Rohingyas ont fui le Myanmar pour le Bangladesh et l’exode continue, ainsi que les témoignages des atrocités qu‘ils ont vécues, selon la ministre Freeland.

Par ailleurs, Mme Freeland a indiqué que le Canada voulait accueillir des réfugiés Rohingyas, et que des pourparlers en ce sens avaient déjà eu lieu avec le Bangladesh et les Nations unies.

« Mais leur plus grand souhait est de rentrer chez eux », dit-elle. Le Canada veut donc aider « à créer des conditions politiques pour leur permettre le retour à la maison ».

En avril dernier, l'envoyé spécial du Canada pour le Myanmar, Bob Rae, avait suggéré dans un rapport d’investir 600 millions de dollars sur quatre ans pour venir en aide aux Rohingyas.

Depuis le début de 2017, l’aide que leur avait accordée le Canada avait été de 45,9 millions de dollars.

Aider les femmes

Dans les multiples camps de réfugiés de Cox's Bazar, au Bangladesh, qui accueillent des centaines de milliers de Rohingyas, le Canada finance déjà des services psychosociaux et des soins de santé relativement à la sexualité et à la reproduction, destinés aux femmes et aux adolescentes.

Des centres spécialisés dans l’aide aux victimes d’agressions sexuelles ont notamment été mis en place.

« En novembre dernier, il n’y avait que deux de ces centres. Nous avons décidé d’en supporter 20 de plus. Poussés par notre initiative, nos partenaires internationaux nous ont imités et il y en a maintenant 39 », a remarqué la ministre Bibeau.

« Les femmes sont trop souvent les plus touchées par ce genre de crise, mais pourtant leurs besoins sont souvent sous-financés dans un contexte humanitaire », a-t-elle poursuivi.

Plus d'articles