Retour

Le Canada en lutte contre le groupe armé État islamique jusqu'en avril 2019

Le gouvernement Trudeau a annoncé jeudi que la participation des Forces armées canadiennes à la coalition internationale contre le groupe armé État islamique (EI) se poursuivra jusqu'au 31 mars 2019. Cela coûtera 371,4 millions de dollars au Trésor public.

La prolongation de la mission militaire, qui se traduit notamment par le déploiement d'environ 200 membres des forces spéciales dans le nord de l’Irak, a été annoncée dans la plus grande discrétion jeudi matin par un communiqué diffusé sur le site web de la Défense nationale.

« Cette prolongation inclut l'autorité d'offrir de l'instruction à de nouveaux partenaires potentiels au sein des Forces de sécurité irakiennes et d'assurer le transport aérien tactique au moyen d'un CC130 Hercules », précise le gouvernement. Le déploiement maximal autorisé par le gouvernement demeure de 850 soldats.

Outre les membres des forces spéciales, environ 600 autres militaires canadiens sont déployés dans la région. Ils se concacrent aux sorties des avions de ravitaillement et de surveillance du Canada, entraînent des soldats irakiens, participent à la collecte de renseignements ou travaillent dans un hôpital.

Selon un décompte fourni par la Défense nationale au début de la semaine, le ravitailleur en vol CC-150T Polaris a effectué 778 sorties et a livré près de 46 100 000 livres de carburant aux aéronefs de la coalition depuis le début de la mission, tandis qu'un aéronef de surveillance CP-140 Aurora a effectué 809 missions de reconnaissance.

Six chasseurs CF-18 Hornets de l'armée canadienne avaient aussi effectué 1378 sorties entre le 30 octobre 2014 et le 15 février 2016. Ces frappes aériennes, autorisées originalement par le gouvernement Harper, ont été arrêtées par le gouvernement Trudeau.

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a justifié la prolongation de la mission en faisant valoir que la nouvelle politique de défense du Canada « inclut la lutte contre les problèmes de sécurité qui menacent notre territoire ainsi que celui de nos alliés et partenaires ».

Sa collègue aux Affaires étrangères, Chrystia Freeland, ajoute que cet engagement renouvelé « témoigne du soutien continu que le Canada offre au peuple irakien, au peuple syrien et aux populations de la région, ainsi que notre détermination à promouvoir la sécurité, la stabilité et la paix au Moyen-Orient ».

Les autorités supplémentaires accordées par le gouvernement « augmenteront notre agilité et nous offriront une plus grande marge de marge de manoeuvre pour répondre aux besoins de nos alliés et de nos partenaires », indique pour sa part le chef d'état-major de la défense, le général Jon Vance.

L'annonce de la prolongation de la mission militaire canadienne est faite au moment où le groupe armé État islamique est sous haute pression dans ses bastions de Mossoul, en Irak, et de Raqqa, en Syrie.

Plus d'articles

Commentaires