Retour

Le Canada glisse du 18e au 22e rang dans le classement mondial de la liberté de presse

Pour une deuxième année consécutive, le Canada perd des plumes au classement mondial de la liberté de presse qu'a publié mercredi l'organisme Reporters sans frontières (RSF). Le pays dégringole de quatre rangs et atterrit en 22e place parmi les 180 pays évalués.

Cette année, le recul de quatre rangs est attribuable notamment au fait qu'une dizaine de journalistes ont été mis sous surveillance par deux corps policiers au Québec et à l'obligation pour un reporter de Vice de remettre son matériel à la Gendarmerie royale du Canada, dans le cadre d'une enquête en matière de terrorisme.

À ces cas s'ajoute celui d'un journaliste qui encourt dix ans de prison pour avoir couvert des manifestations dénonçant le projet hydroélectrique de Muskrat Falls, à Terre-Neuve-et-Labrador, en octobre, évoque RSF en ajoutant qu'il s'agissait « d'une attaque directe » à la liberté de presse.

Fausses nouvelles

Attaques contre les médias, fausses informations, répression et triomphe d'« hommes forts » comme les présidents américain Donald Trump, et turc, Recep Tayyip Erdogan : « Jamais la liberté de la presse n'a été aussi menacée », dit RSF.

La liberté de la presse ne se porte bien que dans une cinquantaine de pays d'Amérique du Nord, d'Europe, du Sud de l'Afrique, et en Australie, selon RSF, qui s’inquiète d’un « risque de grand basculement » de la situation de la liberté de la presse, « notamment dans les pays démocratiques importants ».

« L'obsession de la surveillance et le non-respect du secret des sources contribuent à faire glisser vers le bas de nombreux pays considérés hier comme vertueux : les États-Unis (43e, -2 places), le Royaume-Uni (40e, -2), le Chili (33e, -2) ou encore la Nouvelle-Zélande (13e, -8) », selon l'ONG.

Les dangers de l'homme fort

« L'arrivée au pouvoir de Donald Trump aux États-Unis et la campagne du Brexit au Royaume-Uni ont offert une caisse de résonance au média bashing et aux fausses nouvelles », déplore RSF.

Le président Recep Tayyip Erdogan a « résolument basculé du côté des régimes autoritaires », en Turquie (155e, -4 places) qui est devenue « la plus grande prison au monde pour les professionnels des médias », accuse RSF.

La Pologne a été rétrogradée à la 54e place, la Hongrie à la 71e et la Tanzanie à la 83e, parce que ces pays « étranglent financièrement » la presse indépendante.

La Russie du président Vladimir Poutine (148e place) flirte également avec le bas du classement.

RSF qualifie l’Égypte et le Bahreïn, qui figurent parmi les 25 pays les plus virulents à l’endroit des journalistes, de « prisons à journalistes ». Le Turkménistan (178e) est « l’une des dictatures les plus fermées au monde » tandis que la Syrie (177e) constitue le pays le plus meurtrier pour les journalistes.

L’Ouzbékistan, l’Azerbaïdjan, le Vietnam, le Laos, Cuba, le Soudan, la Guinée équatoriale et l’Iran sont également des destinations risquées pour les journalistes.

« Le basculement des démocraties donne le vertige », a commenté le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire.

À l'opposé, quatre pays scandinaves (la Norvège, la Suède, la Finlande et le Danemark) trônent au sommet du classement, alors que l’Érythrée et la Corée du Nord, où écouter une radio basée à l'étranger peut conduire directement en camp de concentration, ferment la marche.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine