Retour

Le candidat de Trump au secrétariat du Travail se retire

C'est dans la controverse que le grand patron de chaînes de restaurants Andrew Puzder a annoncé, mercredi, qu'il renonçait à devenir le secrétaire d'État au Travail du président Donald Trump.

L'assermentation d'Andrew Puzder à titre de secrétaire d'État au Travail devait avoir lieu en matinée, jeudi. Mais l'homme d'affaires a déclaré qu'après avoir consulté sa famille il se retirait du processus de nomination enclenché en décembre dernier par le président Trump, dont il est un ardent supporter.

La nomination d'Andrew Puzder faisait l'objet de contestations grandissantes au Sénat, et ce, tant chez les républicains que chez les démocrates.

Selon un sénateur républicain qui n'a pas voulu dévoiler son identité, « au moins » 12 sénateurs républicains ont retiré leur soutien à l'homme d'affaires ces dernières heures. Cette désaffection a incité les dirigeants républicains au Sénat à penser qu'ils ne disposeraient pas du nombre de voix nécessaires pour faire confirmer Andrew Puzder comme secrétaire d'État.

Se disant « honoré » que le président Trump ait considéré sa candidature, M. Puzder a assuré ce dernier de son soutien « même s'il ne servira pas au sein de son administration ».

La candidature d'Andrew Puzder a été examinée sous toutes les coutures, et l'audience prévue pour sa nomination, maintes fois reportée. Des informations ont émergé sur sa vaste fortune personnelle, sur son divorce acrimonieux il y a plus de 25 ans et sur des révélations voulant que sa famille ait employé une immigrante illégale comme aide ménagère.

Andrew Puzder, qui est à la tête de la chaîne de restauration rapide CKE Restaurants, est connu pour son opposition ferme à toute intervention de l'État sur le marché du travail, notamment en ce qui a trait au relèvement du salaire minimum. Quantité de politiciens du parti démocrate, de même que des groupes de défense des travailleurs, l'accusaient de ne pas traiter ses employés de manière équitable.

« Il n'était pas adéquat pour diriger un ministère destiné à défendre les droits des travailleurs », a affirmé le sénateur indépendant du Vermont, Bernie Sanders, candidat défait à la direction du parti démocrate l'an dernier.

Plus d'articles