Retour

Le chef d'état-major des armées françaises claque la porte

Le chef de l'état-major des armées françaises, le général Pierre de Villiers, a remis sa démission au président Emmanuel Macron, avec qui il était en conflit en raison de compressions annoncées dans les budgets militaires.

C'est la première fois en 60 ans que le chef de l'armée française quitte ses fonctions. Une démission qui marque aussi la première crise du quinquennat du nouveau président.

Selon le général de Villiers, qui a annoncé son départ mercredi dans un communiqué, la réduction des budgets militaires de 850 millions d’euros (1,2 milliard de dollars canadiens) envisagée dès cette année par Emmanuel Macron compromettra le système national de protection de la France et des Français.

L’officier ajoute qu’il a par conséquent « pris ses responsabilités » en présentant sa démission au président Macron, qui l’a acceptée.

Il est remplacé par François Lecointre, « un héros, reconnu comme tel par l'armée », a dit le président français.

Emmanuel Macron maintient le cap

Un porte-parole du président Macron a assuré que, malgré les compressions de cette année, le gouvernement compte augmenter le budget du ministère de la Défense d’ici 2025.

« Le président de la République a réaffirmé son engagement sur la montée progressive du budget des armées jusqu'à atteindre 2 % du PIB en 2025, avec en 2018 une première marche significative », a expliqué Christophe Castaner, porte-parole présidentiel.

Le président a annoncé la semaine dernière que le budget de la Défense s'élèverait à 34,2 milliards d'euros (49,7 milliards de dollars canadiens) en 2018, contre 32,7 milliards (47,6 milliards de dollars canadiens) cette année.

Plus d'articles

Commentaires