Retour

Le chef de l'opposition kenyane contestera les résultats électoraux en justice

Le chef de l'opposition kenyane Raila Odinga a annoncé mercredi qu'il contestera en Cour suprême la réélection du président Uhuru Kenyatta, qu'il estime entachée de fraudes.

« Nous avons décidé de saisir la Cour et de montrer au monde la fabrication d'un pouvoir généré par ordinateur », a lancé M. Odinga devant les journalistes, accusant le pouvoir en place de fraude électronique.

Sa sortie médiatique était attendue au moment où le pays vit une vive tension. Au moins 24 personnes ont été tuées depuis le scrutin du 8 août, plusieurs par la police.

La colère des partisans de l'opposition a éclaté dès l'annonce de la victoire de M. Kenyatta avec 54,27 % des voix, contre 44,74 % à M. Odinga. Des scènes d'émeutes et des pillages ont suivi sur fond d'une implacable répression policière dans les bidonvilles de Kibera, Mathare et Kawangware, à Nairobi, ainsi qu'à Kisumu et Siaya, dans l'ouest du pays.

L'Autorité indépendante de supervision de la police (IPOA) a annoncé mercredi qu'elle allait enquêter sur les circonstances de la mort d'un bébé, ainsi que d'une fille de neuf ans tuée par une balle perdue dans le bidonville de Kibera.

Ce n'est pas la première fois qu'Odinga conteste les résultats des élections. En 2013, son recours avait été rejeté, les juges ayant estimé que l’essentiel de sa preuve avait été soumis en dehors des limites fixées par la justice.

Cette fois-ci, l'opposition évoque un piratage informatique, des bureaux de vote illégaux et assure qu'un nombre important de procès-verbaux de bureaux de vote, censés corroborer les résultats électroniques, n'ont pas été correctement reçus.

Les observateurs internationaux et locaux ont par ailleurs indiqué que le scrutin avait été libre et juste. Un observateur international a dit que les 11 bureaux de vote dénoncés par l’opposition représentent trop peu pour faire changer le résultat.

Raila Odinga a jusqu'à vendredi pour enregistrer sa cause et la Cour suprême disposera ensuite de 14 jours pour rendre sa décision.

Plus d'articles

Commentaires