Si l'été cède doucement sa place à l'automne, tout indique que le candidat républicain Donald Trump ne disparaîtra pas du paysage politique avec l'arrivée des mois plus frais, dans cette longue saison des primaires américaines.

Un billet de Yanik Dumont Baron correspondant à Washington

Il y a bien sûr les sondages, qui confirment l'avance du milliardaire républicain aux qualités et défauts désormais bien connus.

De tous les candidats dans cette course, c'est aussi lui qui a attiré le plus de partisans à un événement. Finalement, le nom de Donald Trump continue d'être mentionné au quotidien (c'est tentant d'écrire « mentionné chaque heure ») dans les médias américains. Une publicité gratuite, un autre signe de l'intérêt que sa candidature génère toujours.

Le chroniqueur Eugene Robinson dans le Washington Post conseille aux républicains d'arrêter de se fermer les yeux et de se boucher les oreilles. Trump est dans la course pour un bon bout. Jusqu'aux primaires de l'hiver, au moins.

Les étapes du deuil

L'idée choque toujours de nombreux républicains. Mais on remarque un changement d'attitude depuis la mi-août. En utilisant le modèle Kübler-Ross (les cinq étapes du deuil), certains républicains seraient passés à la deuxième étape, celle de la colère. Eugene Robinson l'a souligné dans sa chronique, et l'analogie semble tenir la route. Le Parti républicain cherche des façons de faire dérailler la candidature de Trump. Fox News, pourtant un allié des conservateurs, continue de répliquer férocement, et bien publiquement, aux insultes de Trump contre son personnel.

Pesez aussi le poids des mots utilisés récemment par un commentateur de Fox News, George F. Will : « Chaque éruption sulfureuse venant des entrailles en fusion du phénomène volcanique Trump mine les probabilités d'une présidence républicaine. » C'est la meilleure traduction que je pouvais faire de la très poétique version originale : « Every sulfurous belch from the molten interior of the volcanic Trump phenomenon injures the chances of a Republican presidency. ». Mais ça donne le ton!

Si la théorie des étapes du deuil tient la route, les républicains devraient aussi passer par le marchandage, la dépression et l'acceptation. Peut-être que le dernier sondage contient un ingrédient pour aider à cheminer dans ce parcours. Ensemble, les deux candidats en tête (Trump et Carson) récoltent 40 % des appuis. Et ce sont deux hommes qui n'ont jamais été élus. Il y a peut-être quelque chose dans leur message qui plaît aux Américains.

Plus d'articles

Commentaires