Retour

Le Conseil de sécurité reste muet sur les projets de colonies annoncés par Israël

Le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni à huis clos mercredi, n'a pris aucune mesure contre les nouveaux projets de colonies d'Israël, en dépit de la résolution qu'il a adopté en décembre sur ce sujet.

Pas de réaction non plus à Washington, où le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, interrogé à ce sujet, s’est contenté de dire qu'« Israël continue d'être un allié très important des États-Unis ».

Le Conseil de sécurité avait pourtant adopté en décembre une résolution réclamant l'arrêt de la colonisation israélienne.

Mardi, les autorités israéliennes ont annoncé un nouveau projet de 2500 logements dans ses colonies de Cisjordanie.

C’est le deuxième projet du genre qu’Israël annonce depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche. Israël a en effet approuvé dimanche les permis de construire de plus de 560 logements dans trois implantations juives de Jérusalem-Est.

Il n’en fallait pas plus pour choquer le numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat. Il a dit avoir « reçu un choc » devant le silence américain.

« Du coup, [le premier ministre israélien Benyamin] Nétanyahou pense qu'il a les encouragements de l'administration américaine pour détruire la solution à deux États », conclut M. Erakat.

Nous entendions les Américains dire qu'ils [les Israéliens] devaient cesser les activités de colonisation, que c'est un obstacle à la paix, que c'est illégal. Ne rien dire, est-ce que cela signifie que le président Trump encourage ces activités? Nous avons besoin d'une réponse.

Saëb Erakat

Rappelons que les États-Unis n'avaient pas opposé leur veto pour empêcher la résolution du Conseil de sécurité sur les colonies israéliennes en Cisjordanie.

Le premier ministre israélien, pour qui la présidence Trump est une « chance formidable », a affirmé mercredi qu’Israël avait vécu des années « pas faciles » avec Obama.

« Nous sortons de cette époque, nous avons décidé d'une nouvelle étape [dans la colonisation] et il y en aura d'autres », a lancé Benyamin Nétanyahou.

Inquiétude sur le transfert de l'ambassade américaine

Notre envoyée spéciale en Israël, Marie-Ève Bédard, fait remarquer que les autorités palestiniennes s’inquiètent aussi de l’intention des États-Unis de transférer à Jérusalem leur ambassade actuelle à Tel-Aviv. Ce geste est perçu comme une manière de nier aux Palestiniens leur droit de revendiquer Jérusalem-Est comme capitale de leur futur État.

L’Autorité palestinienne consulte ses alliés, dont la Jordanie, pour parler de la réponse à adopter si ce déménagement venait à se réaliser.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine