Retour

Le Montréalais Amor Ftouhi accusé de terrorisme au Michigan

Le département américain de la Justice a porté une accusation d'intention de commettre un acte de terrorisme transcendant les frontières nationales contre Amor Ftouhi, un Montréalais déjà accusé d'avoir poignardé un policier à l'aéroport de Flint, au Michigan, en juin 2017.

La possibilité que de nouvelles accusations soient déposées contre Amor Ftouhi avait été évoquée en juin dernier par le procureur général par intérim du district est du Michigan, Daniel Lemisch.

Le procureur Lemisch avait déclaré : « Les enquêteurs et les procureurs ont bon nombre d'éléments de preuve à assimiler et à examiner. Je crois qu'on peut dire, sans se tromper, que des accusations additionnelles seront portées contre M. Ftouhi ».

Après examen, les enquêteurs ont conclu que le geste perpétré par l’accusé constituait bel et bien un acte terroriste et des accusations en ce sens ont été portées contre lui mercredi, s'ajoutant à celle d'avoir poignardé un policier, déposée l’été dernier.

Une juge américaine a enregistré un plaidoyer de non-culpabilité pour Amor Ftouhi, le 5 juillet dernier. Devant la Cour fédérale, l'accusé pouvait plaider coupable, non coupable ou garder le silence – ce qui, selon la loi, doit être interprété comme une dénégation de culpabilité. Il a choisi de garder le silence.

Intention de tuer

Selon des documents judiciaires, Amor Ftouhi serait entré aux États-Unis en provenance du Canada avec l’intention de tuer des représentants du gouvernement américain. Avant de traverser la frontière, le 16 juin 2017, M. Ftouhi aurait effectué une recherche en ligne au sujet des lois américaines sur les armes à feu et des expositions d'armes à feu au Michigan.

Par la suite, M. Ftouhi s’est rendu au Michigan, où il n’a pas été en mesure de s’acheter une arme à feu et a plutôt acquis un couteau. Le 20 juin 2017, il s’est avancé vers un agent policier et l’a poignardé dans le cou avec son couteau. Sa victime, le lieutenant Jeff Neville, travaille pour le service de sécurité de l'aéroport international Bishop. Il était en uniforme au moment de l’agression.

L'accusé aurait lancé « Allahou Akbar » (« Dieu est le plus grand », en arabe) en s’attaquant au policier. Il aurait également fait allusion aux personnes tuées en Syrie, en Irak et en Afghanistan. Après son arrestation, il aurait dit aux forces de l’ordre qu'il était « un soldat d’Allah » et qu’il adhérait à l’idéologie véhiculée par Al-Qaïda et Oussama ben Laden.

Amor Ftouhi sera traduit prochainement en justice pour répondre à ce nouvel acte d'accusation devant la Cour fédérale à Flint. Il risque une peine maximale d'emprisonnement à perpétuité. À propos de la première accusation – celle d'avoir poignardé un policier –, il est passible d'une peine de 20 ans de prison s'il est reconnu coupable.

L'affaire fait l'objet de poursuites de la part du bureau du procureur général du district est du Michigan avec l’aide de la section antiterroriste de la Sécurité nationale.

Derrière les barreaux

L’homme de 50 ans demeurera derrière les barreaux jusqu'à la toute fin des procédures judiciaires intentées contre lui. Il a renoncé à demander une remise en liberté lors de sa comparution l’été dernier.

La gravité des soupçons qui pèsent contre lui et le fait qu’il demeure à l’extérieur des États-Unis rendaient de toute façon un cautionnement peu probable.

Selon un rapport des services judiciaires, Amor Ftouhi vit au Canada depuis 10 ans, est marié et père de trois enfants. Il a la double citoyenneté canadienne et tunisienne. Il travaillait sporadiquement comme camionneur.

Selon ce que l'accusé a déclaré à la juge, il ne souffre pas de troubles mentaux ni physiques et n'a pas de problème de drogue ou d'alcool.

Plus d'articles