Retour

Le patron de Samsung reconnu coupable de corruption

Le vice-président de Samsung a été condamné vendredi à cinq ans de prison. C'est la plus lourde peine infligée à un dirigeant sud-coréen ces dernières années. L'héritier de la plus grande fortune familiale de Corée du Sud a l'intention de porter la décision en appel.

Le Tribunal du district central de Séoul a déclaré Jay Y. Lee coupable d'avoir offert des pots-de-vin à Park Geun-hye alors qu’elle était présidente du pays, pour obtenir le soutien du gouvernement dans ses efforts pour cimenter son contrôle sur l’empire Samsung.

Les révélations qui ont conduit à l'arrestation du riche héritier en février dernier avaient suscité une vague d’indignation publique qui a notamment contribué au retrait de Mme Park en tant que présidente.

Un panel composé de trois juges a également reconnu M. Lee coupable de détournement de fonds, d’avoir dissimulé des actifs à l’étranger et des profits issus d’actes criminels, et de parjure.

Les procureurs avaient demandé une peine de 12 ans d’emprisonnement.

Le petit-fils du fondateur de Samsung était accusé d’avoir offert 38 millions de dollars en pots-de-vin à quatre fondations contrôlées par une amie de longue date de l’ex-présidente Park, Choi Soon-sil. En échange, M. Lee a obtenu une aide gouvernementale dans une fusion qui a permis de renforcer son contrôle sur l’entreprise, après que son père a subi une crise cardiaque en 2014.

Samsung n’a pas nié que des fonds de l’entreprise avaient été transférés.

M. Lee a néanmoins plaidé son innocence, soutenant qu’il n’était pas au courant des fondations ni des donations, qui étaient supervisées par d’autres exécutifs que lui.

Ce verdict fort attendu est le dernier développement dans un scandale politique qui a poussé des millions de Sud-Coréens à manifester l'automne dernier, et qui a mené à l'arrestation de Mme Park, Mme Choi et M. Lee.

L’ex-présidente, qui était déjà impliquée dans une série de scandales, a été évincée du pouvoir au mois de mars. Son procès et celui de Mme Choi sont en cours.

Le verdict remet également en question la position défendue publiquement par Samsung, selon laquelle les récentes transactions commerciales et les efforts de restructuration n’avaient rien à voir avec la passation de l’entreprise à M. Lee

Samsung avait insisté sur le fait que la fusion de deux de ses entreprises ne servait aucun autre objectif que ses intérêts commerciaux. Les juges ont toutefois rejeté cet argument.

« Il était prêt à tirer le meilleur profit de la succession, qui faisait d’ailleurs partie des faveurs attendues de la présidente », a déclaré le juge en chef, Kin Jin-dong.

D'anciens dirigeants de Samsung ont également été reconnus coupables. Choi Gee-sung, un mentor de M. Lee, et Chang Choong-ki ont été condamnés à quatre ans de prison. Deux autres anciens dirigeants ont pour leur part reçu des peines de prison avec sursis.

L’avocat de Samsung, Song Woo-cheol, a indiqué qu’il allait porter la décision en appel.

Plus d'articles

Commentaires