Retour

Le phénomène climatique El Niño fait au moins 5 morts au Pérou

Les pluies torrentielles provoquées par le phénomène climatique El Niño depuis plus d'une semaine au Pérou ont paralysé le pays, alors que plusieurs infrastructures ont été détruites et qu'au moins cinq personnes ont perdu la vie.

Les inondations et les glissements de terrain ont affecté environ 30 000 personnes, selon des médias locaux, et endommagé des milliers d'habitations. En réaction au désastre, le ministre péruvien de la Défense a annoncé lundi le déploiement d'une centaine de soldats dans les régions les plus touchées afin d'aider les sinistrés.

Plus de 270 militaires travaillent à enlever les débris qui entravent les routes et les chemins de fer dans la province d'Huarochiri, dans la région de Lima.

Trois personnes ont été tuées dans un glissement de terrain à Apurimac, un département du sud du pays, a indiqué mardi le Peru Reports. Deux autres personnes avaient perdu la vie dans la province rurale de Cuzco, au sud-est du pays, lors d'un glissement de terrain le 25 février.

Au début du mois de janvier, le Pérou a décrété l'état d'urgence dans les provinces les plus affectées. Dans le nord du pays, l'alerte météorologique de niveau 4 - le plus élevé - a été signalée.

Les averses ont provoqué la fermeture de plusieurs routes névralgiques qui traversent le pays et desservent la capitale, Lima, empêchant la livraison de nourriture vers l'intérieur du territoire péruvien.

La situation pourrait se prolonger durant le mois de mars, a prévenu un météorologue dans une entrevue accordée au journal quotidien Peru 21.

À Arequipa, deuxième ville du pays, environ 14 millions de dollars de récoltes ont été anéantis. Pareille situation s'est produite dans l'État de San Martin, où un peu plus de 3200 hectares de territoire agricole ont été inondés, selon le Peru Reports.

L'Organisation météorologique mondiale avait annoncé en février qu'en 2016, El Niño pourrait être l'un des plus violents phénomènes observés au cours des 15 dernières années, comparable à celui qui avait ravagé le pays en 1997-1998.

Plus d'articles

Commentaires