Retour

Le porte-parole de la Maison-Blanche s'excuse d'avoir dit qu'Assad était pire qu'Hitler

Le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer s'est excusé, mardi, après avoir laissé entendre qu'Hitler était moins mauvais que Bachar Al-Assad parce qu'il n'avait pas utilisé d'armes chimiques contre son peuple, des propos qui ont provoqué un tollé.

« Pendant la Seconde Guerre mondiale, on n'a pas utilisé d'armes chimiques. Une personne aussi abjecte qu'Hitler n'est même pas tombée aussi bas, au point d'utiliser des armes chimiques », a déclaré M. Spicer.

« La Russie doit se demander si c'est un pays avec lequel elle veut s'aligner », a-t-il ajouté.

Le porte-parole de la Maison-Blanche a immédiatement été accusé d'avoir oublié que les nazis utilisaient les chambres à gaz pour tuer des millions de Juifs, y compris des Allemands.

Le Centre Anne Frank, par exemple, a immédiatement appelé Donald Trump à limoger son porte-parole. « Rien de moins que pendant la Pâque juive, Sean Spicer a nié l'Holocauste, la forme la plus répugnante de "fake news" possible, en niant qu'Hitler a gazé des millions de Juifs », a déclaré Steven Goldstein, directeur du Centre.

Excuses

M. Spicer a d'abord tenté de rectifier ses propos en déclarant dans un communiqué : « Je n'ai aucunement tenté de minimiser la nature terrible de l'Holocauste. J'ai essayé de créer un contraste avec la tactique consistant à utiliser des avions pour larguer des armes chimiques sur des centres de population. »

Puis, il a présenté des excuses en bonne et due forme sur les ondes de CNN.

« En toute franchise, j'ai fait par erreur un commentaire inapproprié et insensible au sujet de l'Holocauste et il n'y a aucune comparaison », a-t-il déclaré. « Pour cela, je présente mes excuses. C'était une erreur de faire cela. »

La semaine dernière, l’attaque de Khan Cheikhoun a fait une centaine de morts, dont de nombreux enfants. Les symptômes éprouvés par les victimes laissent croire aux Occidentaux qu’il s’agit d’une attaque au gaz toxique et que les responsables sont les troupes gouvernementales syriennes.

Le ministère turc de la Santé a pour sa part déclaré mardi qu'il s'agissait de gaz sarin, à la suite d'analyses de sang et d’urine prélevés sur des survivants.

L'attaque a choqué le monde et la réplique américaine contre une base militaire syrienne a resserré les rangs du G7 et de l’OTAN.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine