Retour

Le Sénat américain veut bloquer des décisions de Trump sur la Russie

Le Sénat américain a adopté presque à l'unanimité, jeudi, un projet de loi qui donne au Congrès le pouvoir d'empêcher le président de lever des sanctions contre Moscou.

« Nous avons fait du Congrès, et non du président, l'arbitre final de toute suspension de sanction », a déclaré Chuck Schumer, chef de la minorité démocrate. « L'idée que le président puisse assouplir tout seul des sanctions pour n'importe quelle raison est tuée par cette loi. »

Le projet de loi a été adopté par 98 voix contre 2, celle du républicain Rand Paul et celle de l'indépendant Bernie Sanders.

Il doit encore être examiné et adopté par la Chambre des représentants.

Si la loi est adoptée, elle fera en sorte que le Congrès, pendant une période de 30 jours, pourra adopter une « résolution de désapprobation », afin de bloquer la suspension ou l'assouplissement de toute sanction présidentielle contre la Russie.

La loi crée aussi de nouvelles sanctions contre des Russes accusés de corruption ou de violations des droits de la personne, ou impliqués dans des cyberattaques.

Les dernières sanctions imposées à la Russie par Washington ont été décrétées en décembre dernier par l'ancien président Barack Obama, en réponse aux piratages informatiques visant le camp d'Hillary Clinton.

Michael Flynn, conseiller de Donald Trump, avait alors évoqué leur éventuelle suspension dans plusieurs conversations avec l'ambassadeur russe aux États-Unis, Sergueï Kisliak. M. Flynn a donné sa démission en février dernier.

Vladimir Poutine a réagi au durcissement du Sénat lors d'une émission diffusée jeudi sur une chaîne russe.

« À chaque fois que nos partenaires dans le monde ont senti que la Russie était un concurrent important, ils ont adopté des restrictions sous différents prétextes », a-t-il dit.

La proposition de loi crée également un nouveau train de sanctions contre l'Iran parce que de nombreux parlementaires américains, des deux partis, sont contre l'accord nucléaire international signé par Barack Obama. Ils souhaitent le contourner en renforçant des sanctions contre Téhéran.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine