Retour

Le Sénat américain vote pour rouvrir le débat sur la réforme de l’Obamacare

Les membres du Sénat américain ont décidé mardi de relancer le débat sur la réforme du programme d'assurance maladie. Il s'agit d'une première victoire pour le président Donald Trump, qui veut abolir et remplacer l'Obamacare. Toutefois, le pari est loin d'être gagné.

Les sénateurs ont voté de justesse pour une simple motion de procédure qui autorise 20 heures de discussions et de nombreux votes sur des amendements.

Ils ont voté par 50 voix contre 50. À titre de président du Sénat, le vice-président Mike Pence a apporté la 51e voix décisive, comme le lui permet la Constitution en cas d'égalité.

Donald Trump a qualifié de « grand pas » le vote du Sénat américain sur un dossier qui divise la majorité républicaine depuis des mois.

En conférence de presse, il a déclaré que ce vote a été particulièrement « difficile à obtenir ». « On a eu deux républicains qui ont voté contre nous, c'est très triste pour eux », a-t-il dit.

Susan Collins du Maine et Lisa Murkowski de l'Alaska ont voté contre la motion.

Le président américain fulmine depuis des semaines contre sa majorité, qui n’arrivait pas à s’entendre sur la réforme de l’Obamacare, mise en place par le président Barack Obama.

Puisque les 48 démocrates de l'opposition votaient contre la proposition, les républicains n'auraient pas pu se permettre plus de deux défections.

Donald Trump a aussi remercié le sénateur John McCain qui s’est déplacé pour voter malgré un cancer du cerveau.

Pas une fin

Ce n’est que le début, a souligné le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, quelques minutes seulement après le vote. Il espère que le débat sur la réforme du programme d’assurance maladie sera terminé d’ici la fin de la semaine.

La question de la réforme de l'Obamacare est loin d'être réglée. Le vote n’est en réalité qu’une procédure permettant au Sénat d’ouvrir formellement les discussions sur l’avenir de la loi démocrate et sa possible abrogation.

Les sénateurs pourront déposer des amendements et venir ainsi réécrire la réforme de la santé orchestrée par Barack Obama en 2010. Les républicains n'ont toutefois pas établi clairement comment serait remplacé l'Obamacare.

« Je suis persuadé que désormais, dans une semaine ou deux, nous allons présenter un plan qui va être vraiment, vraiment merveilleux pour le peuple américain », a promis une nouvelle fois Donald Trump.

Un « dossier épineux », dit Trump

Les républicains sont divisés sur la réforme du programme d'assurance maladie proposée par Donald Trump.

Dans une ultime tentative de secouer ses troupes et d'enfin tenir une de ses promesses phares, le président avait appelé mardi matin les sénateurs républicains à « faire le bon choix ».

« Après sept ans de discussions, nous allons bientôt savoir si les républicains sont prêts à apporter leur contribution! » avait-il écrit sur son compte Twitter.

Alors que les conservateurs veulent une abrogation sèche de l'Obamacare, les modérés refusent de sabrer le budget de la santé.

En après-midi, plusieurs sénateurs qui s’opposaient au débat ont décidé d’appuyer cette motion de procédure nécessaire pour examiner l’Obamacare.

« Obamacare n’est pas la réponse, mais ne rien faire pour essayer de résoudre les problèmes que ce programme d’assurance maladie a engendrés n’est pas non plus la solution. C’est pourquoi je vais voter pour ce débat », avait affirmé le sénateur républicain Dean Heller.

La semaine dernière, Donald Trump avait lancé une campagne de charme pour dissuader les sénateurs de son camp de faire défection.

Le sénateur John McCain, revenu exprès d'Arizona où il est traité d'un cancer du cerveau, a voté oui, mais il a précisé qu'il voterait non au moment du vote final, si le texte définitif n'était pas satisfaisant.

Il a par ailleurs dénoncé la stratégie du chef de groupe consistant à « nous persuader d'avaler nos doutes et de passer en force contre l'opposition. Je ne pense pas que cela marchera, et c'est probablement mieux ainsi. »

Pour John Boehner, ancien président républicain de la Chambre des représentants, rien ne comblera le fossé qui existe parmi les républicains.

« Ils n'abrogeront pas et ne remplaceront pas Obamacare », a-t-il lâché récemment. Selon lui, seuls quelques éléments de la réforme pourront être annulés.

De son côté, l'opposition démocrate se méfie des « ruses » des républicains. Elle craint que l'abrogation soit imposée par la majorité par des manoeuvres parlementaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine