Retour

Les auteurs des attentats en Espagne préparaient « une attaque de plus grande envergure »

Les attentats terroristes de Barcelone et de Cambrils sont l'oeuvre d'un « groupe » qui préparait une « attaque de plus grande envergure », selon les autorités espagnoles. Plusieurs journaux avancent que l'auteur du carnage sur La Rambla est l'un des cinq assaillants qui ont été abattus à Cambrils. Trois Marocains et un Espagnol ont aussi été arrêtés jusqu'ici.

Dans une entrevue accordée vendredi à une radio locale, le ministre catalan de l'Intérieur, Joaquin Forn, a confirmé qu'une enquête commune était en cours pour faire la lumière sur les attaques à la voiture-bélier perpétrées jeudi à Barcelone et à Cambrils à huit heures d'intervalle, et sur l'explosion d'une maison survenue la veille à Alcanar.

« On ne parle pas d'une ou deux personnes, mais d'un groupe », a-t-il dit.

L'attentat sur la populaire avenue touristique de La Rambla à Barcelone, revendiqué par le groupe armé État islamique, a fait 13 morts et environ 100 blessés; celui commis plus tard à Cambrils, à 120 km plus au sud, a coûté la vie à une femme et a fait 6 autres blessés, dont un policier. L'explosion à Alcanar avait fait un mort.

Quelques heures après les déclarations du ministre Forn, un porte-parole de la police catalane, Josep Lluis Trapero a déclaré lors d'une conférence de presse que cette explosion a vraisemblablement permis d'éviter un carnage de plus grande ampleur.

« Il se préparait un ou des attentats autour de ce domicile d'Alcanar par une partie du groupe, dont il faudra déterminer le nombre de personnes », a encore dit M. Trapero, en confirmant que la police a établi un « lien » entre ce « groupe de personnes », « la location des véhicules » utilisés et les « quatre localités » catalanes au centre de l'enquête: Cambrils, Barcelone, Alcanar, et Ripoll.

« Ils n'avaient plus le matériel dont ils avaient besoin pour commettre ces attentats de plus grande envergure », a-t-il encore dit. Les attentats de Barcelone et Cambrils ont donc été commis de « manière plus rudimentaire, dans le sillage des autres attentats perpétrés dans les villes européennes, mais ils n'étaient pas de l'amplitude espérée » par les djihadistes.

Selon une source policière de Reuters, les habitants de la maison d'Alcanar préparaient des explosifs à l'aide de bonbonnes de gaz.

Le sort incertain de Moussa Oukabir

Plus tôt dans la journée, la police catalane avait confirmé que ses recherches se concentraient sur un dénommé Moussa Oukabir, le frère de Driss Oukabir, qui a été épinglé jeudi soir par la police à Ripoll, à environ 100 kilomètres au nord de Barcelone.

Selon plusieurs médias espagnols, ce Marocain de 17 ans, qui serait arrivé en Espagne le 13 août, était le conducteur de la fourgonnette à l'origine de la tuerie de La Rambla. Cette information n'a cependant pas été confirmée par les forces de l'ordre.

M. Trapero a toutefois admis en conférence de presse que Moussa Oukabir pourrait être l'une des cinq personnes abattues par les forces de l'ordre à Cambrils, tel que l'avancent plusieurs journaux espagnols. Seuls trois de ces hommes ont été formellement identifiés, a-t-il dit.

Outre Driss Oukabir, les forces de l'ordre ont épinglé un homme originaire de l'enclave espagnole de Melilla, au Maroc, dans la ville d'Alcanar. Un troisième homme a ensuite été arrêté à Ripoll et un quatrième, dans le nord-est de l'Espagne. Selon M. Trapero, aucun d'entre eux n'a d'antécédent en matière terroriste, mais certains d'entre eux étaient connus des services de police pour des faits de délinquance.

Depuis le début de l'année, les autorités espagnoles ont mis la main au collet de 11 djihadistes présumés dans la région de Barcelone, plus que partout ailleurs au pays.

Plus d'articles

Commentaires