Les combats au sol se poursuivent dans l'est de Raqqa entre les djihadistes et les Forces démocratiques syriennes (FDS) arabo-kurdes, au jour trois de l'assaut général contre le principal fief du groupe armé État islamique (EI) en Syrie.

« Les bombardements de la coalition internationale se sont poursuivis toute la nuit sur Raqqa et ses environs », a par ailleurs indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

« Vingt-trois civils ont été tués dans la soirée de jeudi » à la suite de « 25 frappes aériennes », a précisé l'OSDH.

La coalition internationale antidjihadiste, sous commandement américain, fournit des armes, un appui aérien aux FDS, en plus de les appuyer au sol avec des conseillers.

Les raids de la coalition visent à « ébranler les capacités de l'EI et à ouvrir la voie aux FDS dans l'est de la ville et à [leur permettre] de lancer l'assaut sur d'autres fronts », selon M. Abdel Rahmane.

Les FDS « ont pris le contrôle du quartier de Mechleb » dans l'est de la ville et « procèdent actuellement au nettoyage des mines et des engins explosifs », a affirmé le porte-parole de ces forces, Talal Sello.

La bataille de Raqqa constitue l’un des principaux fronts de la guerre syrienne qui a fait plus de 320 000 morts depuis mars 2011.

La vie de 40 000 enfants est menacée, averti l'UNICEF

Selon l'UNICEF le conflit à Raqqa met « la vie de plus de 40 000 enfants en danger ». « Les enfants sont privés des besoins les plus élémentaires », a averti le directeur régional de l'agence onusienne, Geert Cappelaere.

Au moins 25 enfants ont été tués dans les dernières violences subies par Raqqa. « Des hôpitaux et des écoles sont attaqués et ceux qui tentent de fuir s’exposent à de graves dangers », a indiqué l’UNICEF.

L’organisme demande à toutes les parties de protéger les enfants de Raqqa et de procurer un passage sécuritaire à ceux qui veulent fuir les combats.

Prise par les djihadistes en 2014, Raqqa est devenue le symbole des atrocités de l'EI de même qu’une base pour la planification d'attentats commis à l'étranger. Le Pentagone estime qu’il reste « jusqu'à 2500 » combattants de l'EI dans la ville.

Des dizaines de milliers de civils ont fui la ville depuis le lancement de l’offensive des FDS en novembre dernier. L’opération vise à chasser l'EI de son principal bastion en Syrie. Il resterait aujourd'hui quelque 160 000 personnes à Raqqa alors que la ville comptait 300 000 personnes avant le début de la guerre en 2011, selon l'ONU.

Un citoyen de la ville, Abou Mohammad, a affirmé à l'AFP que « Raqqa est massacré en silence », ajoutant que les conditions de vie se détériorent en raison des pénuries d’eau et d’électricité de même que de l’ouverture des magasins une heure ou deux par jour.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine