Les Londoniens ont élu vendredi le premier maire musulman de l'histoire de la capitale britannique. Le travailliste Sadiq Khan succède ainsi au conservateur Boris Johnson, à la suite d'une course à la mairie qui n'a pas été de tout repos.

Un reportage d'Azeb Wolde-Giorghis

Les résultats de l'élection ont été annoncés peu après minuit. À 45 ans, Sadiq Khan devient le troisième maire de Londres. Il remporte la course à la mairie avec près de 57 % des voix, soit plus de 1,3 million de votes. Son principal rival, le député conservateur Zac Goldsmith, récolte quant à lui 43 % des voix, soit moins d'un million de votes.

Dans son discours de victoire, Sadiq Khan a tenu d'emblée à remercier les Londoniens.

Depuis plusieurs mois, Sadiq Khan a été la cible d'attaques violentes par les conservateurs. Dans ses discours, Zac Goldsmith l'accusait d'avoir fréquenté des extrémistes islamistes. Même le premier ministre britannique, David Cameron, lançait en chambre que Sadiq Khan a déjà partagé la tribune avec l'un des organisateurs des attentats du 7 juillet 2005, à Londres.

Une campagne centrée sur les origines des candidats

Tout oppose les candidats. Sadiq Khan est d'origine pakistanaise, fils d'un chauffeur d'autobus et a grandi dans un logement à prix modique de Londres. À l'opposé, Zac Goldsmith, 41 ans, est le fils du milliardaire Jimmy Goldsmith et a fréquenté les meilleures écoles du pays, dont le fameux collège Eton, d'où il s'est fait renvoyer pour possession de cannabis.

À eux deux, ils incarnent les différences sociales de cette ville de plus de 8 millions d'habitants.

Mais au lieu de débattre sur les vraies préoccupations des Londoniens, dont les loyers inabordables, le taux de pollution élevé et les transports en commun trop chers, les débats ont surtout porté sur les questions d'origine des candidats.

Plusieurs commentateurs ont qualifié cette course à la mairie de l'une des plus négatives de l'histoire de Londres. Les quotidiens britanniques, dont The Guardian et The Independent, ont parlé d'une campagne de salissage contre Sadiq Khan.

Même la soeur de Zac Goldsmith, Jemima Goldsmith, a critiqué la campagne, affirmant qu'elle n'avait pas du tout reflété les idées de son frère qui, selon elle, est un politicien intègre, indépendant d'esprit et plutôt écologiste.

Le stratège en communication qui était derrière la dernière campagne électorale de Stephen Harper, Lynton Crosby, a eu un rôle important dans cette course à la mairie. Cette fois, il avait pour mission de faire élire le favori des conservateurs, le député de Richmond, Zac Goldsmith.

Malgré la défaite de Zac Goldsmith, la journée du 6 mai 2016 a été néanmoins mémorable pour Lynton Crosby, puisqu'il a été fait chevalier de l'Ordre de l'Empire britannique par le prince Charles, une des plus hautes distinctions du pays.

Un nouveau maire parti de loin

Sadiq Khan affirme qu'il est fier de sa campagne et qu'il n'a rien à se reprocher. 

Symbole de la méritocratie, il a gravi les échelons de la société britannique. Après l'école publique, il a étudié en droit et est devenu avocat spécialisé sur les droits de la personne. Député travailliste de Tooting, il a aussi été ministre sous le gouvernement travailliste de Gordon Brown.

Marié et père de deux enfants, il promet de construire des logements abordables à Londres, ainsi que de geler les tarifs des transports pendant quatre ans. Il s'est aussi prononcé en faveur du mariage gai. Dans son discours de victoire, il a affirmé que la peur ne rend pas la ville plus sécuritaire et que cette politique de la peur ne sera désormais pas la bienvenue à Londres.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine