Retour

Les démocrates offrent un gouvernement paralysé à Donald Trump

Un an après l'entrée en fonction du président Donald Trump, le Sénat américain a plongé l'administration fédérale dans une paralysie partielle après avoir refusé d'adopter un budget provisoire qui aurait financé les activités du gouvernement jusqu'au 16 février.

Le projet de loi pour faire fonctionner le gouvernement fédéral jusque là s'est effondré un peu après 22 h, vendredi, quand il n'a pas pu recueillir l'appui nécessaire de 60 sénateurs.

Selon le décompte final, 50 sénateurs (45 républicains et 5 démocrates) ont voté pour éviter la fermeture du gouvernement, tandis que 49 sénateurs (44 démocrates et 5 républicains) ont voté pour la fermeture.

Les législateurs ne se sont toujours pas entendus sur une solution et ont quitté le Capitole pendant la nuit. Pour le moment, les négociations entre les deux partis sont au point mort.

Une source républicaine soutient qu'il n'y a pas assez de temps ou d'espace pour en arriver à une entente de dernière minute, indique CNN. Cette source affirme que les pourparlers sur le plancher du Sénat ont été « potentiellement productifs », mais que l'écart entre les deux partis était trop grand.

De multiples services considérés comme non essentiels seront interrompus et des centaines de milliers de fonctionnaires se retrouveront en congé forcé, avec ou sans salaire. C'est toutefois lundi qu'on verra l'effet réel de cette fermeture.

Tôt samedi matin, Donald Trump a affirmé sur Twitter qu'un accord aurait été possible si ce n'avait pas été des démocrates. « Les démocrates sont beaucoup plus concernés par les immigrants illégaux qu’ils ne le sont par nos valeureux militaires ou par la sécurité à notre dangereuse frontière sud. Ils auraient pu facilement conclure une entente, mais ont décidé de jouer une politique de fermeture à la place », a-t-il écrit.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a aussi commenté la fermeture du gouvernement sur Twitter. « Les démocrates ne peuvent pas fermer l'économie de Trump en plein essor. Sont-ils si désespérés qu'ils veulent plutôt fermer le gouvernement? #SchumerShutdown ».

Dans un communiqué, la Maison-Blanche affirme qu'elle reprendra les négociations sur la réforme de l'immigration « quand les démocrates auront recommencé à payer nos forces armées et nos premiers répondants ».

Elle ajoute qu'elle ne négociera pas le statut des « Dreamers », estimant que les démocrates tiennent les citoyens en otage « en raison de leurs exigences inconsidérées ».

Prenant la parole un peu après minuit, le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a affirmé que le « shutdown » était évitable à 100 %.

« Ce sera appelé le Trumpshutdown car personne, personne ne mérite autant que le président Trump d'être jugé responsable de la situation dans laquelle nous nous trouvons », lui a répondu le chef des sénateurs démocrates, Chuck Schumer.

Donald Trump, qui devait initialement quitter Washington pour Mar-a-Lago, en Floride, ce week-end, a choisi de rester dans la capitale fédérale.

Les Américains blâment les républicains

Si les républicains imputent la responsabilité de la situation aux démocrates, les Américains ne sont pas du même avis, si l'on en croit un sondage ABC News/Washington Post publié vendredi midi.

Il conclut que 48 % des Américains blâment les républicains pour la situation actuelle, contre 28 % qui critiquent les démocrates. Une autre tranche de 18 % blâme les deux partis à parts égales. Le sondage, effectué auprès de 1005 Américains entre lundi et jeudi, a une marge d'erreur de 3,5 %.

La rallonge budgétaire est la quatrième à être soumise depuis que l’année financière a commencé en octobre dernier.

Le « shutdown » de l’administration fédérale est le premier à survenir alors qu’un même parti contrôle la présidence et les deux chambres du Congrès.

Plus d'articles