En cette dernière journée à la présidence des États-Unis, Barack Obama s'est attardé dans le bureau ovale de la Maison-Blanche et a marqué un dernier coup.

L'un des derniers gestes du 44e président des États-Unis aura été de réduire la peine de 330 autres détenus, condamnés pour des crimes liés aux drogues.

Au total, le président aura réduit la peine de 1715 personnes, plus que tout autre chef d'État américain avant lui.

M. Obama y voyait une façon de remédier à des décennies de peines trop lourdes qui, selon lui, ont placé des dizaines de milliers de jeunes délinquants derrière les barreaux pendant trop longtemps. Ses demandes au Congrès pour régler ce problème sont restées lettre morte.

Entre-temps, quatre détenus de Guantanamo ont été transférés à l'étranger, laissant 41 autres prisonniers sur place. Dans une lettre adressée au Congrès jeudi, le président Obama dit aux législateurs qu’ils ont mis la politique au-dessus des coûts que doivent payer les citoyens pour maintenir cette prison ouverte.

Le président a aussi écrit à Donald Trump une lettre qu’il laissera dans le bureau ovale de la Maison-Blanche.

Son dernier entretien téléphonique officiel aura été avec Angela Merkel. Barack Obama a décrit la chancelière allemande comme la personne la plus fiable et la plus pondérée avec qui il a eu affaire parmi ses partenaires internationaux durant sa présidence.

Plus d'articles

Commentaires