Retour

Les djihadistes de l'EI cernés à Mossoul comme à Raqqa

Les forces gouvernementales irakiennes ont légèrement ralenti leur progression mardi dans les quelques rues de Mossoul encore tenues par le groupe armé État islamique (EI). Dans le même temps, dans la vieille ville fortifiée de Raqqa, en Syrie, des miliciens soutenus par les États-Unis ont pu briser les défenses de l'EI.

Les combattants de l’EI en Irak sont assiégés dans un rectangle de 500 mètres de long et 300 mètres de large le long du Tigre, selon une carte publiée par l'état-major irakien.

La reprise de la ville, jadis bastion de l'EI en Irak, n'est désormais plus qu'une question de jours, voire d'heures.

Les belligérants sont à un jet de grenade les uns des autres.

Les combattants de l'EI, qui étaient plusieurs milliers au début de l'opération de reconquête de la ville par les forces gouvernementales et des milices alliées en octobre dernier, ne sont plus qu'environ 200 aujourd'hui.

Une dizaine de milliers de civils vivent encore dans la zone sous contrôle de l'EI, avec peu de nourriture et d'eau et encore moins de médicaments à leur disposition.

Leur présence signifie que l'avancée des forces de Bagdad vers le dernier réduit de l’EI se fait avec précaution pour ne pas les mettre en danger.

Le premier ministre irakien, Haïdar Al-Abadi, devrait se rendre à Mossoul pour annoncer formellement la victoire. Une semaine de célébrations nationales est prévue dans le pays.

Les djihadistes de l'EI poursuivent néanmoins leurs attaques dans d'autres quartiers de Mossoul tenus par les forces irakiennes ou ailleurs dans le pays.

L'EI a ainsi revendiqué un attentat qui a fait 14 morts dimanche dans un camp de déplacés proche de Bagdad.

Percée majeure à Raqqa

Plus à l'ouest, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont franchi les murs de la vieille ville de Raqqa après des bombardements de la coalition sous commandement américain sur ses fortifications.

Ces frappes ont permis d'ouvrir deux sections de 25 mètres de large. La muraille est longue de 2500 mètres.

Les FDS, une milice arabo-kurde soutenue par les États-Unis, ont déployé dimanche un millier d'hommes supplémentaires sur les lignes de front à Raqqa, « capitale » du groupe État islamique en Syrie et dernière position urbaine des djihadistes dans le pays.

La progression dans la vieille ville de Raqqa mardi se faisait lentement, car le terrain est miné, avec des engins à détection sensorielle.

Les hommes de Daech combattent essentiellement la nuit. Ils utilisent en outre de nouveaux types de drones pour larguer des engins explosifs.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine