Retour

Les États américains pourront arrêter de subventionner les cliniques d'avortement

À l'abri des caméras, le président américain Donald Trump a promulgué une loi, jeudi, qui permettra aux États qui le souhaitent d'interdire le transfert d'argent public à toute clinique qui pratiquerait des avortements.

Cette loi met fin à une directive de l'ère Obama qui sanctuarisait le financement gouvernemental des cliniques de planification des naissances.

Le président Trump l'a sanctionné deux semaines après son adoption par le Congrès, et ce, malgré la colère de nombreuses associations de défense de l'avortement et de l'opposition démocrate, pour qui il s'agit « d'un nouvel épisode de la guerre menée par les républicains contre les femmes ».

Aux États-Unis, les fonds publics ne peuvent pas servir à subventionner des interruptions volontaires de grossesse. Cependant, les cliniques comme celles du réseau Planned Parenthood peuvent se faire rembourser d'autres soins de santé, comme ceux relatifs à la contraception ou au dépistage d'infections transmissibles sexuellement et par le sang.

Or, la loi promulguée jeudi permettra aux États qui le veulent de ne plus rembourser ces frais.

Ce n'est pas le premier geste pro-vie que pose Donald Trump depuis son élection en novembre. Fin janvier, il avait signé un décret pour bloquer le financement d'ONG soutenant l'avortement à l'étranger.

Il s'agit toutefois d'une préoccupation nouvelle pour M. Trump. Sans défendre ouvertement l'avortement, il s'était plutôt montré en faveur des cliniques de planification familiale avant de se lancer en politique.

Plus d'articles

Commentaires