Retour

Les États-Unis déploient leur bouclier antimissile en Corée du Sud

L'armée américaine a commencé à déployer mercredi des éléments du bouclier antimissile THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) sur le site prévu en Corée du Sud, dans un contexte de tensions dans la région en raison du programme nucléaire et balistique de la Corée du Nord.

Ce bouclier antimissile sera opérationnel dans les jours à venir, a déclaré mercredi devant le Congrès américain l'amiral Harry Harris, commandant en chef des forces américaines dans la zone Asie-Pacifique.

L'amiral a dit penser que les États-Unis seraient en mesure de contrer toute attaque nord-coréenne qui viserait le porte-avions américain Carl Vinson, qui se rapproche de la péninsule coréenne et se trouve en ce moment dans la mer des Philippines. Harris a ajouté que Washington devrait songer à installer des systèmes de défense supplémentaires à Hawaï. Il s'est déclaré encouragé par les efforts menés par Pékin pour calmer son turbulent allié nord-coréen.

Les États-Unis et la Corée du Sud ont convenu en juillet dernier de déployer le système de défense antimissile pour faire face aux menaces de la Corée du Nord.

Le déploiement plus rapide que prévu du THAAD a été dénoncé à la fois par la Chine et par le favori de l'élection présidentielle du 9 mai en Corée du Sud, Moon Jae-in.

Des centaines de manifestants, pour la plupart des résidents des deux villes sud-coréennes situées à proximité du site, dont Seongju, dans le centre-sud du pays, ont protesté contre ce déploiement.

La Chine demande le retrait du THAAD

À Pékin, le ministère des Affaires étrangères a réclamé mercredi le retrait immédiat de ce système. Lors d'un point de presse, le porte-parole du ministère, Geng Shuang, a précisé que la Chine avait exprimé ses graves inquiétudes auprès de Washington et de Séoul à la suite de ce développement.

« La Chine recommande vivement aux États-Unis et à la Corée du Sud de mettre fin à des actes qui aggravent les tensions régionales et nuisent aux intérêts stratégiques liés à la sécurité de la Chine, d'annuler le déploiement du système THAAD et de retirer ses équipements », a-t-il dit.

« La Chine prendra avec détermination les mesures nécessaires pour défendre ses intérêts », a ajouté M. Geng sans préciser son propos.

Les armées américaine et sud-coréenne étaient jusqu'ici réticentes à évoquer publiquement le déploiement du bouclier en raison de l'imminence de l'élection présidentielle.

Un porte-parole du candidat Moon Jae-in a estimé que la décision de ce mercredi « ignorait l'opinion publique » et a exigé la suspension du déploiement jusqu'à l'installation de la nouvelle administration sud-coréenne.

Le Pentagone a de son côté dit que le déploiement du système était un pan essentiel de la défense de la Corée du Sud contre la menace nord-coréenne, ajoutant qu'il serait complété « dès que possible ».

Depuis plusieurs semaines, Washington et Pyongyang accentuent la pression l'un sur l'autre, les États-Unis ayant notamment dépêché dans le Pacifique Ouest un groupe aéronaval emmené par le porte-avions USS Carl Vinson.

La Corée du Nord a procédé mardi à d'importants exercices d'artillerie à munitions réelles, tandis qu'un sous-marin américain est venu mouiller dans le grand port de Busan, en Corée du Sud.

L'administration Trump a informé ce mercredi la totalité des élus du Congrès sur le dossier nord-coréen, marqué par les très fortes tensions entre Washington et Pyongyang.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine