Retour

Les États-Unis et Cuba signent un accord de coopération policière

Cuba et les États-Unis ont signé lundi un accord de coopération en matière de lutte antiterroriste, de trafic de stupéfiants, blanchiment d'argent et d'autres activités criminelles internationales, à quatre jours de l'entrée en fonction de Donald Trump.

Ben Rhodes, porte-parole de la présidence américaine et cheville ouvrière des 18 mois de négociations ayant abouti au dégel des relations avec Cuba à partir de décembre 2014, était présent lors de la signature de l'accord, précise la Maison-Blanche dans un bref communiqué.

Trump, qui prêtera serment vendredi, a menacé d'abandonner le processus de détente encore fragile entre les deux pays, à moins d'obtenir de Cuba davantage de concessions politiques et commerciales. Le futur président doit examiner les relations avec l'île dès les premiers mois de son mandat.

L'arrangement établira un cadre pour renforcer notre partenariat sur la lutte contre les stupéfiants, le contre-terrorisme, la coopération juridique et le blanchiment d'argent, notamment des échanges techniques contribuant à une relation solide entre Cuba et les États-Unis en matière de police.

La Maison-Blanche

L'administration Obama a annoncé jeudi l'annulation de la mesure qui accordait automatiquement un droit de résidence à tout Cubain mettant un pied sur le sol américain.

Barack Obama a utilisé son pouvoir exécutif pour améliorer les relations avec Cuba et réduire les mesures d'embargo pesant sur le pays, dont la levée totale ne peut toutefois être décidée que par le Congrès américain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine