Retour

Les États-Unis utilisent leur plus puissante bombe non nucléaire en Afghanistan

Un avion C-130 de l'armée de l'air américaine a largué pour la première fois jeudi la plus puissante bombe de l'arsenal conventionnel américain sur des positions du groupe armé État islamique (EI) en Afghanistan.

Développée lors de l'invasion américaine en Irak, en 2003, la bombe GBU-43/B produit un vaste nuage de nitrate d’ammonium et de poudre d’aluminium qui génère une déflagration, détruisant tout sur son passage dans un rayon de plusieurs centaines de mètres, y compris les bâtiments, les blindés et les bunkers qui pourraient s'y trouver.

On l'appelle MOAB, pour Massive Ordnance Air Blast Bomb (bombe à effet de souffle massif) ou Mother of All Bombs (mère de toutes les bombes) comme la surnomme les soldats.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a confirmé que la cible visée par les États-Unis était un réseau de tunnels utilisés par les troupes de l’EI dans le district d’Achin, dans la province de Nangarhar, près de la frontière pakistanaise, où un soldat américain a été tué dans une opération contre les djihadistes le week-end dernier.

On ne connaît pas encore l’ampleur des dégâts provoqués par l’explosion, mais « de lourdes pertes ont été infligées à l'ennemi », a relevé Shahhussain Murtazawi, un porte-parole de la présidence afghane, sur Facebook.

Selon le général John W. Nicholson, le recours à la MOAB était justifié compte tenu du fait que les djihadistes de l’État islamique se cachent souvent dans des bunkers, des cavernes et des tunnels pour se protéger des bombardements aériens et terrestres.

Le commandement américain assure dans le communiqué avoir pris toutes les mesures possibles pour minimiser les pertes civiles et les risques de dommages collatéraux.

Une arme destructrice

La MOAB mesure 30 pieds (9 mètres) de long et pèse 21 600 lbs (9,8 tonnes).

La bombe est d'abord larguée sur une palette, puis ralentie par un parachute, ce qui permet à l'arme de pointer vers le sol. Stabilisée et dirigée par quatre ailerons, elle est ensuite guidée par un appareil GPS jusqu'à sa cible et explose juste avant de toucher le sol, provoquant une onde de choc destructrice sur trois kilomètres carrés.

La MOAB a été créée spécifiquement pour causer un maximum de dégâts aux infrastructures souterraines.

Mise au point en seulement neuf semaines, cette bombe a été testée pour la première fois en 2003 dans le golfe Persique. Chaque unité coûte 16 M$ US à produire. On estime que l'armée américaine en possède une quinzaine.

Selon Hans Kristensen, expert de la Fédération des scientifiques américains spécialisé dans la surveillance de l'arsenal militaire américain, elle est 30 fois moins puissante que la plus petite bombe nucléaire américaine actuelle, la B61-12.

Un « autre succès des forces militaires américaines », selon Trump

Le président américain Donald Trump, qui a fourni peu d'indices quant à sa stratégie en Afghanistan, a décrit le bombardement comme une « mission très réussie ».

Comme la MOAB n'est pas une arme nucléaire, les généraux américains n'ont toutefois pas à demander au président la permission de l'utiliser.

Protéger la route de Khyber

Le nord-est de l’Afghanistan est une région stratégique très importante non seulement pour les forces américaines et afghanes, mais également pour tout le centre du pays.

Cette région très montagneuse est traversée par la route de Khyber qui est une voie d’approvisionnement entre le Pakistan et l’Afghanistan dont le tracé remonte aux origines de la route de la soie, explique le journaliste Frédéric Nicoloff, qui a parcouru la route de Khyber.

Seule voie routière entre le nord de l’Afghanistan et le Pakistan, d’énormes quantités de marchandises transigent par cette route qui constitue la principale voie de ravitaillement terrestre pour la région de Jalalabad, où les Américains ont une importante base militaire, mais également pour la capitale du pays, Kaboul.

Depuis l’occupation américaine de l’Afghanistan, au début des années 2000, les talibans, et aujourd’hui les combattants de l'État islamique tentent de perturber, voire de couper la circulation des marchandises sur la route de Khyber, rappelle Frédéric Nicoloff.

Les États-Unis estiment qu'il se trouve entre 600 et 800 combattants de l'EI en Afghanistan et que la plupart d'entre eux sont dans la province de Nangarhar.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 accidents mortels les plus bêtes





Rabais de la semaine