Retour

Les forces irakiennes en marche pour reprendre Mossoul-Ouest

Les forces progouvernementales irakiennes ont lancé dimanche l'offensive terrestre pour reprendre l'ouest de Mossoul, la partie de la grande ville du nord de l'Irak encore aux mains du groupe État islamique (EI).

Le premier objectif est l'aéroport de la ville, dont les unités de la police irakienne participant aux opérations n'étaient plus qu'à cinq kilomètres dimanche en fin de journée.

L'aéroport de Mossoul est situé dans le sud de la ville, en bordure du fleuve Tigre que les forces de Bagdad remontent vers le nord. Le commandement irakien a déclaré qu'elles avaient poussé jusqu'à la localité de Zakroutiya.

Les forces de Bagdad ont occupé plusieurs villages ainsi qu'une centrale électrique et ont tué un certain nombre de combattants de Daech (EI), dont des tireurs d'élite, lors de leur progression en provenance du sud en direction du secteur occidental de la métropole.

Le général Stephen Townsend, chef des forces de la coalition internationale sous commandement américain qui appuie Bagdad, a prévenu que la bataille serait difficile.

« Mossoul serait une dure bataille pour n'importe quelle armée », dit-il dans un communiqué. Avec 100 000 hommes à leur disposition, les forces de la coalition ont devant elles cinq milliers de combattants de l'EI, selon les estimations de Bagdad. Ces combattants sont cependant aguerris et déterminés.

Les djihadistes se seraient retranchés parmi les civils dans la partie occidentale de la ville, stockant des armes dans des hôpitaux, des écoles, des mosquées et des églises pour se protéger. Environ 650 000 civils vivraient dans Mossoul-Ouest.

La bataille de Mossoul, ville que l'EI avait occupée en juin 2014, a débuté à la mi-octobre. Les forces progouvernementales irakiennes et leurs alliés ont repris le mois dernier la partie orientale de la ville, sur la rive gauche du Tigre.

Riposte de l'EI

Dans ce secteur, les djihadistes continuent d'être actifs et, dimanche, deux attentats-suicides ont fait cinq morts et des dizaines de blessés, rapporte-t-on de source proche des forces de sécurité.

Le premier a tué trois soldats à un point de contrôle routier, le second deux civils dans un quartier commerçant connu comme My Fair Lady.

Le ministère irakien de la Défense a annoncé samedi que l'armée de l'air avait largué des millions de tracts sur Mossoul-Ouest prévenant la population de l'imminence de l'offensive.

Ces tracts, dit le ministère, « contiennent des instructions aux civils pour qu'ils se préparent à accueillir les forces irakiennes qui viennent libérer leurs secteurs et enjoignent aux membres de Daech de déposer leurs armes et de se rendre ».

La topographie de Mossoul-Ouest, où se trouve le centre historique de la ville, diffère grandement de Mossoul-Est. Les commandants s'attendent à une bataille plus difficile du fait notamment de l'étroitesse des rues qui ne permettent pas les mouvements de chars et autres véhicules blindés.

De plus, il n'est pas sûr que les forces progouvernementales laisseront, comme elles l'avaient fait à Mossoul-Est, la possibilité aux djihadistes de quitter les quartiers encerclés.

Les agences humanitaires de l'ONU s'attendent à ce que ces nouveaux combats déplacent jusqu'à 400 000 civils.

« Ce sera une bataille différente avec d'énormes implications pour les civils, a dit à Reuters Lise Grande, coordonnatrice humanitaire des Nations unies pour l'Irak. Il faut envisager la possibilité d'un siège dans la vieille ville. »

Plus d'articles