Les troupes du régime de Bachar Al-Assad sont aux portes de la ville antique de Palmyre, tenue depuis mai 2015 par le groupe armé État islamique (EI), selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Les forces gouvernementales, appuyées par des avions syriens et russes, ont pris le contrôle d'une colline située à la périphérie, ajoute l'ONG basée en Grande-Bretagne, qui s'appuie sur un réseau d'informateurs sur le terrain.

« Nous sommes à 850 mètres de Palmyre. Dans quelques heures, les forces [gouvernementales] vont proclamer que la ville de Palmyre est complètement sûre », a par ailleurs affirmé un militaire interrogé par la télévision publique.

Syrie : l'engrenage de la guerre

L'armée syrienne a lancé cette offensive il y a deux semaines pour reprendre Palmyre. Depuis, les combats font rage.

La bataille est cruciale pour le régime syrien, puisque la reprise de la ville antique lui ouvrirait les portes du désert et de sa frontière avec l'Irak.

De l'autre côté, la perte de Palmyre et du désert adjacent ferait chuter le territoire contrôlé par l'EI. L'organisation terroriste contrôlerait désormais 30 % de la Syrie alors qu'elle a présentement la mainmise sur 40 % du territoire.

Le groupe djihadiste a détruit de nombreux trésors archéologiques - comme l'Arc de Triomphe, les temples de Bêl et Baalshamin de même que les tours funéraires - de la ville antique inscrite au patrimoine de l'humanité de l'UNESCO.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine