Retour

Les groupes sioux opposés à l'oléoduc Dakota Access essuient un autre revers

Un juge a rejeté une requête de deux communautés sioux aux États-Unis visant à interrompre la construction de la section restante de l'oléoduc Dakota Access jusqu'à la conclusion de leur poursuite contre le projet.

Le juge de district James Boasberg, à Washington, a rendu sa décision, lundi. Il a dit qu'il examinerait la demande plus en profondeur lors d'une audience le 27 février.

Les communautés sioux de Cheyenne River et de Standing Rock ont réclamé l'injonction la semaine dernière après que l'entreprise texane Energy Transfer Partners eut obtenu l'autorisation fédérale pour construire une canalisation sous un réservoir du fleuve Missouri, au Dakota du Nord.

Il s'agit de la dernière grande section de l'oléoduc de 3,8 milliards de dollars qui devrait être construite avant qu'il ne puisse transporter le pétrole du Dakota du Nord jusqu'en Illinois.

Les communautés sioux affirment que l'oléoduc mettrait en péril leurs sites patrimoniaux et leurs sources d'eau potable. Elles ont ajouté une composante religieuse à leur cause la semaine dernière en arguant que l'eau potable était nécessaire à la pratique de leur religion.

L'entreprise a qualifié l'argument relié à la religion de « tactique d'obstruction de dernière minute ».

Le corps des ingénieurs de l'armée américaine s'est opposé à la demande d'interrompre la construction de la dernière section de l'oléoduc.

Plus d'articles