Retour

Les images d'une caméraman hongroise suscitent l’indignation sur le web

Croc-en-jambe et coups de pieds à des migrants : les images montrant les gestes de la caméraman Petra Laszlo se sont répandues en ligne comme une traînée de poudre. Renvoyée par son employeur, la Hongroise goûte également à la médecine des internautes de partout sur la planète.

La scène est survenue alors que des centaines de réfugiés, des Syriens en majorité, tentaient d'échapper à la police à Roszke, dans le sud de la Hongrie.

La femme tournait pour la chaîne en ligne N1TV, proche du parti d'extrême droite Jobbik. Dans des vidéos distinctes, on peut la voir, caméra à la main, visiblement faire trébucher un homme courant avec un enfant dans ses bras. D'autres images la montrent en train de donner des coups de pied à des migrants, dont un à une fillette.

La première vidéo ayant commencé à circuler en ligne, mardi, a été publiée par Stephan Richter, un journaliste pour la chaîne de télévision allemande RTL.

Les secondes images émanent d'un site de nouvelles hongrois du nom d'Index. Elles ont été relayées sur plusieurs plateformes, dont Vine.

À la suite de la diffusion des images, ses dirigeants ont publié un communiqué sur Facebook.

« Une collègue de N1TV s'est comportée aujourd'hui de manière inacceptable au point de rassemblement à Roszke », a écrit le rédacteur en chef de N1TV, Szabolcs Kisberk. « Le contrat de travail de l'opératrice a été résilié avec effet immédiat aujourd'hui, nous considérons l'affaire comme close », a-t-on indiqué.

Le Guardian rapporte par ailleurs que les partis d'opposition Együtt-PM et la Coalition démocratique souhaitent entamer une procédure judiciaire contre la femme pour « violence envers un membre de la communauté », qui peut entraîner une peine de 5 ans de prison.

Lynchage sur les réseaux sociaux

Sur les médias sociaux, les images des gestes des Petra Laszlo ont été largement partagées par les internautes.

Un « mur de la honte » a été créé sur Facebook à l'endroit de la caméraman. Sur cette page qui récolte près de 15 000 mentions « J'aime », on trouve des publications d'images et d'articles de blogue, et nombre de commentaires désobligeants envers la femme.

Des centaines de tweets, qui ont rejoint plus de 3 millions d'utilisateurs de Twitter, selon le site d'analyse Keyhole, ont été relayés avec le mot-clé #PetraLaszlo. On y retrouve surtout des messages montrant des photos ou des vidéos, mais également de nombreuses dénonciations de son comportement, qualifié la plupart du temps de « honteux ». 

Plus d'articles

Commentaires