Retour

Les membres de l'OTAN continuent d'augmenter leurs dépenses en défense

Le Canada et les pays européens membres de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) vont augmenter leurs dépenses de défense de 4,3 %, ou 12 milliards de dollars américains, en 2017, a annoncé mercredi le secrétaire général de l'organisation, Jens Stoltenberg.

« C’est la troisième année consécutive où nous accélérons nos dépenses de défense. Ces trois dernières années, les alliés d’Europe et du Canada ont dépensé 46 milliards de dollars supplémentaires pour leur défense », s’est-il félicité.

L'augmentation des dépenses en défense est attribuable à 25 des 29 pays membres, a précisé M. Stoltenberg. Elle ne tient toutefois pas compte de la hausse du budget de la défense américaine, annoncée par le président Trump. Cette déclaration d’intention doit se matérialiser dans le prochain budget américain, qui doit être conclu d’ici le 1er octobre.

L’annonce du secrétaire général de l’OTAN survient à la veille d’une réunion des ministres de la Défense des pays membres de l’Alliance atlantique à Bruxelles. Elle s’inscrit en outre dans la foulée de doléances maintes fois exprimées par le président américain Donald Trump au sujet des dépenses militaires des alliés.

Ce dernier réclame un meilleur « partage du fardeau » entre les membres de l'OTAN et insiste pour que chaque pays membre consacre 2 % de son produit intérieur brut à sa défense nationale, tel que cela a été convenu lors d’un sommet tenu au pays de Galles, en 2014. Cet objectif doit être atteint à l’horizon 2026-2027.

« Deux pour cent est le strict minimum pour faire face aux menaces actuelles, très réelles et très vicieuses », a déclaré M. Trump lors d’une allocution au siège de l'OTAN, à Bruxelles, en mai. Il avait alors rappelé que 23 des 28 pays membres de l’OTAN n’atteignaient pas cet objectif, ce qui était « injuste » pour les États-Unis.

L'OTAN, fondée au début de la guerre froide, comprend maintenant 29 membres, puisque le Monténégro s'y est officiellement joint au début du mois de juin.

Le secrétaire général de l’OTAN a toutefois plaidé que les alliés européens devraient investir davantage en défense « non pas pour plaire aux États-Unis, mais parce que c’est dans leur propre intérêt ».

L’an dernier, seuls les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Estonie, la Grèce et la Pologne franchissaient le seuil de 2 % des dépenses en défense fixé par l’OTAN. La Roumanie dit qu’elle y parviendra cette année, et la Lettonie et la Lituanie prévoient faire de même en 2018.

Le Canada demeure cependant loin de cet objectif. Le gouvernement Trudeau a annoncé il y a trois semaines que le budget annuel de la Défense nationale passera de 19 à 32,7 milliards en 2026-2027. Le pourcentage du PIB consacré à cette fin passera ainsi de 1,16 % à 1,4 %.

Jens Stoltenberg a également profité de son allocution pour rappeler que les pays membres de l'Alliance atlantique discuteront jeudi de la possibilité d'augmenter leurs contributions en troupes à la mission « Resolute Support », qui entraîne et conseille les forces de sécurité afghanes.

Selon plusieurs sources diplomatiques, il manquerait de 2500 à 3000 soldats pour que l'effectif de cette mission soit complet. Aucune décision à ce sujet n'est cependant attendue tant que les États-Unis n'auront pas annoncé leurs intentions, selon ces sources.

Plus d'articles

Commentaires