Retour

Les Mexicains font tomber le mur américain... au soccer

Le Mexique a obtenu une certaine forme de revanche sur les États-Unis de Donald Trump vendredi soir. Il l'a emporté au soccer, en Ohio, dans un match de qualifications pour la prochaine Coupe du monde.

Un texte de Philippe Leblanc

Cette victoire survient alors que les Mexicains s'inquiètent de leur avenir après l'élection de Donald Trump qui veut construire un mur à la frontière et qui les a qualifiés de violeurs et de trafiquants de drogue.

La partie était attendue avec fébrilité dans la capitale mexicaine, la chaîne TV Azteca avait diffusé toute la journée une pub mariant déclarations incendiaires de Donald Trump avec des faits saillants de l'équipe nationale de soccer.

À la Cervercerria de Barrio, toutes les télés diffusent la partie, même les partisans occasionnels arrêtent leurs conversations pour regarder la partie. Pour plusieurs, c'est plus qu'un simple match de soccer entre deux grands rivaux.

« Avec l'élection de Donald Trump, ça a été une semaine difficile pour nous, les Mexicains », affirme Sigfredo Corral, vêtu de son maillot de l'équipe mexicaine et nerveux comme pas un.

À quelques tables de là, Enrique Hernandez et des amis sont venus se changer les idées en regardant la partie. L'alcool coule à flots. Leur animosité envers les États-Unis est palpable.

« J'ai peur que Donald Trump construise le mur qu'il a promis à la frontière, dit-il. Il veut nous le faire payer, mais nous n'en avons pas les moyens. »

Victoire inespérée

De quoi faire augmenter le niveau de stress des partisans, la rivalité entre le Mexique et les États-Unis, au soccer, est à sens unique depuis longtemps. Les Mexicains n'ont pas gagné en sol américain depuis 1972. Mais « El Tri » amorce la partie avec fougue et sème la folie dans le bar en prenant l'avance 1 à 0. Plusieurs partisans scandent spontanément en espagnol « Le mur! Le mur! Le mur! »

Bryan Rios et Robert Motte sont amusés de ce qu'ils voient. Les deux Californiens vivent à Mexico depuis un an. Ils comprennent ce que vivent beaucoup de Mexicains depuis l'élection de Donald Trump, mardi.

« Avec ce que Trump a dit d'eux, j'aurais aussi de l'animosité envers les États-Unis si j'étais mexicain », dit Bryan Rios en souriant.

L'issue de la partie est scellée à seulement deux minutes de la fin, après de longues minutes de soccer exaltant. Victoire de 2 à 1 pour le Mexique. L'instant d'une soirée, le mur américain est tombé.

« Nous gagnons enfin à quoi que ce soit contre les Américains, affirme fièrement Alejandro Trujillo, mais il faut oublier cette belle victoire. Prochain match mardi contre le Panama. »

Plus d'articles