Retour

Les peines de prison s'accumulent pour l'ex-médecin sportif Larry Nassar

Déjà condamné à des dizaines d'années de prison lors de ses deux premiers procès, l'ex-thérapeute sportif Larry Nassar a été condamné cette fois à une peine supplémentaire de 40 à 125 années de prison à l'issue d'un troisième procès pour agression sexuelle sur des gymnastes américaines, lundi à Charlotte, au Michigan.

L'ancien médecin de la Fédération américaine de gymnastique avait d'abord écopé d'une peine de 60 ans de prison, le 7 décembre 2017, pour possession de matériel pornographique juvénile devant un tribunal du Michigan.

Puis, jugé à la fin janvier, cette fois pour avoir agressé sexuellement des dizaines de femmes, dont des athlètes olympiques ou leurs proches, Larry Nassar avait hérité d'une peine variant de 40 à 175 ans de prison au terme des témoignages de plus de 160 femmes à Lansing, au Michigan.

Les agressions sexuelles ont été commises sur une période de 20 ans alors qu'il travaillait pour USA Gymnastics ainsi qu'à l'Université du Michigan.

Enfin, lundi, le thérapeute sportif de 54 ans a écopé d'une peine supplémentaire de 40 à 125 ans de prison à l'issue d'un troisième procès tenu cette fois dans la ville de Charlotte, au Michigan, mettant un terme à la saga judiciaire entourant ce que les médias américains ont qualifié de plus grand scandale de l'histoire du sport américain.

Au cours de ce procès, Larry Nassar avait plaidé coupable à trois chefs d'accusation supplémentaires d'agression et de délinquance sexuelle. Au moins 65 victimes présumées avaient demandé à témoigner au cours du procès qui portait sur une série d'agressions commises au centre d'entraînement Twistars.

Des centaines d'agressions

Toutes victimes confondues, Larry Nassar aurait agressé sexuellement au moins 265 jeunes femmes et enfants.

S'adressant à la cour, Larry Nassar a présenté des excuses pour les gestes qu'il a commis en ajoutant que les déclarations des victimes l'avaient « affecté au plus profond de son coeur ».

« Cela étant dit, je comprends et reconnais que c'est peu par rapport à la douleur, au traumatisme et aux émotions que vous ressentez tous », a-t-il déclaré à l'intention des victimes et de leurs proches présents dans la salle. « Il est impossible de transmettre à toutes les personnes impliquées la profondeur et l'ampleur de mes regrets. Les visions de vos témoignages seront toujours présentes dans mes pensées. »

Lors du prononcé de la peine, la juge Janice Cunningham a émis des doutes sur les remords de l'accusé.

Un procès mouvementé

Vendredi dernier, le procès avait pris une tournure inattendue lorsque le père de trois jeunes femmes victimes de Larry Nassar s'est rué sur lui en plein procès pour lui faire un mauvais parti.

L'homme, qui venait d'entendre les témoignages difficiles de deux de ses filles qui avaient relaté les agressions dont elles avaient été victimes, avait alors demandé à la juge de pouvoir passer cinq minutes seul avec l'accusé dans une pièce fermée.

La magistrate avait refusé sa requête et c'est à ce moment qu'il s'est rué sur l'accusé avant d'être maîtrisé par les gardes de sécurité dans la salle d'audience. Le père a été banni de la salle d'audience par la juge Cunningham.

Cet immense scandale sexuel a profondément secoué l'univers sportif américain et les organismes qui régissent la gymnastique où les démissions se sont multipliées les unes après les autres ces derniers mois, lorsque l'affaire a éclaté au grand jour.

De nombreuses victimes ont par ailleurs dénoncé le silence qui entourait les pratiques de Larry Nassar tandis que d'autres ont accusé la fédération et les conseils d'administration d'avoir fait de l'aveuglement volontaire dans cette affaire.

Plus d'articles