Retour

Les Polonais rassurés par l’arrivée des blindés américains

Des soldats américains ont débarqué en Pologne jeudi, comblant le rêve qu'entretenaient certains Polonais depuis la chute du communisme, en 1989, de voir l'armée américaine sur leur sol pour tenir la Russie en respect.

Des Polonais ont salué les soldats et agité des drapeaux américains quand les véhicules militaires, dont des blindés, sont entrés dans le sud-ouest de la Pologne depuis l'Allemagne, pour se diriger vers la ville de Zagan, où ils seront basés.

Le premier ministre polonais et le ministre de la Défense participeront à une cérémonie d'accueil officielle samedi.

Le directeur du groupe de recherche German Marshall Fund de Varsovie, Michael Baranowski, a déclaré qu'il ne s'agissait pas seulement d'une présence symbolique, mais d'une présence dotée d'une « capacité réelle ».

Les États-Unis et d'autres puissances occidentales ont déjà participé à des exercices militaires dans la portion orientale de l'OTAN, mais ce déploiement de quelque 3500 soldats américains représente la première présence permanente d'un membre de l'Alliance dans la région.

La Crimée comme avertissement

Le président américain sortant Barack Obama s'était engagé à protéger une région rendue très nerveuse par l'annexion de la Crimée par la Russie, en 2014, et par l'appui de Moscou aux séparatistes qui sévissent dans l'est de l'Ukraine.

On craint toutefois maintenant que cette nouvelle sécurité soit minée par un rapprochement entre le président désigné Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine.

La Pologne a fréquemment été laissée pour compte lors d'ententes entre les grandes puissances, et le politologue Marcin Zaborowski a rappelé que M. Trump « est enclin à conclure des ententes, et l'Europe centrale et de l'Est ont raison de s'en inquiéter ».

La Pologne et les pays baltes voient aussi d'un mauvais œil le déploiement récent par la Russie de missiles Iskander à capacité nucléaire dans la péninsule de Kaliningrad, un territoire russe coincé entre la Pologne et la Lituanie.

Un porte-parole de M. Poutine, Dimitri Peskov, a déclaré jeudi que la Russie se sent menacée par l'augmentation de la présence militaire d'une tierce partie près de ses frontières.

Les troupes de l'OTAN se répartiront par la suite dans sept pays, de l'Estonie à la Bulgarie, et leur quartier général sera installé en Allemagne.

Plus d'articles

Commentaires