Retour

Les rebelles syriens tentent de briser le siège d'Alep-Est

Plusieurs groupes rebelles syriens ont lancé vendredi une offensive coordonnée d'envergure destinée à briser l'étau que l'armée syrienne et les milices associées imposent depuis plusieurs semaines sur les quartiers est d'Alep.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), des roquettes se sont abattues sur les quartiers ouest, sous contrôle du régime, mais aussi sur l'aéroport militaire de Nayrab et sur l'aéroport international d'Alep, situés à la périphérie est de la ville, qui sont sous contrôle du gouvernement.

L'organisation, qui dispose d'un vaste réseau de sources sur le terrain, soutient que ces bombardements ont fait 15 morts et plus d'une centaine de blessés dans les quartiers ouest. Elle soutient que les rebelles ont pris le contrôle d'un barrage sur un site industriel dans le sud-ouest d'Alep et d'autres points non loin de là.

L'OSDH rapporte également des attentats-suicide à la voiture piégée visant un poste de contrôle à Dahiyet al-Assad, un quartier de l'ouest. Le Front Fatah al-Cham, nouvelle dénomination adoptée par le Front al-Nosra depuis sa rupture avec Al-Qaïda, a revendiqué ses attaques.

De violents combats ont aussi lieu à la lisière des zones gouvernementales d'Alep, rapporte l'OSDH.

Le groupe signale aussi des bombardements qui ont fait 1 mort et 6 blessés dans la région de Lattaquié, fief du président Bachar Al-Assad. L'aéroport militaire de Hmeimim, utilisé par l'armée russe, très impliquée dans le pilonnage d'Alep ces dernières semaines, a aussi été touché par des roquettes. Le bilan de ces frappes n'est pas connu.

« Toutes les factions de Jaich al-Fatah [l'Armée de la conquête, coalition de mouvements djihadistes et islamistes, NDLR] annoncent le début de la bataille pour briser le siège d'Alep », a indiqué à l'AFP le commandant militaire et porte-parole du groupe islamiste Ahrar al-Cham, Abou Youssef Al-Mouhajir.

Cette bataille « va mettre fin à l'occupation des quartiers ouest par le régime et au siège imposé à notre peuple dans Alep ».

« C'est un appel général aux armes pour tous ceux qui sont capables de porter des armes », a déclaré à Reuters un responsable du Front du Levant, autre coalition de groupes rebelles qui se bat sous la bannière de l'Armée syrienne libre. « Les bombardements préparatoires ont commencé ce matin. »

Selon Reuters, l'offensive est menée par des rebelles basés à l'extérieur de la ville et vise prioritairement la bordure ouest d'Alep. Cette dernière information est confirmée par Abou Youssef Al-Mouhadhir.

Syrie : l'engrenage de la guerre

L'armée syrienne dit maîtriser la situation

L'OSDH affirme que les forces du régime ont répliqué en menant des frappes dans les périphéries sud et ouest d'Alep.

L'armée syrienne assure pour sa part que les attaques des rebelles ont été repoussées sur tous les fronts. Elle soutient que la situation est « sous contrôle au sol » et que les rebelles « n'ont pas été capables de modifier la carte ».

« Des combats sont toujours en cours, mais leur intensité a diminué », dit-elle.

L'offensive, qui constitue une seconde tentative des rebelles pour briser l'étau sur Alep, est annoncée au moment où les ministres des Affaires étrangères de la Syrie, de l'Iran et de la Russie sont réunis à Moscou.

Le régime de Damas avait réussi à encercler Alep le 17 juillet, mais des rebelles ont réussi quelques jours plus tard à ouvrir une brèche dans le sud-est de la ville. Elle a cependant été refermée par les forces gouvernementales au début du mois de septembre.

Les quelque 275 000 personnes qui y résident toujours ont ensuite été soumises à d'intenses bombardements, mais refusent néanmoins de se rendre, malgré des pénuries de nourriture et de médicaments et la difficulté à obtenir des soins médicaux.

Le contrôle d'Alep, autrefois métropole commerciale et plus importante ville du pays, est devenu l'enjeu majeur de la guerre civile syrienne.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque