Retour

Les républicains changent les règles au Sénat pour faire entrer Gorsuch à la Cour suprême

Les républicains ont modifié jeudi les règles de procédure du Sénat pour mettre fin à l'obstruction des démocrates et faire approuver la nomination du juge Neil Gorsuch à la Cour suprême.

Cette « option nucléaire » a été approuvée par les 52 sénateurs républicains; les 48 élus démocrates ou indépendants ont voté contre.

La motion, à l'initiative du chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, va permettre la tenue vendredi d'un vote à la majorité simple pour confirmer la nomination de Gorsuch à la Cour suprême.

Âgé de 49 ans, le magistrat du Colorado, considéré comme un conservateur connu notamment pour son soutien aux droits religieux, a été désigné par Donald Trump pour succéder à Antonin Scalia, le très conservateur juge de la Cour suprême mort en février de l'année dernière.

Selon les règlements du Sénat, les démocrates avaient la possibilité de faire durer indéfiniment le débat de confirmation tant que les républicains ne parvenaient pas à atteindre une majorité qualifiée de 60 voix.

L'un d'eux, le sénateur de l'Oregon Jeff Merkley, a ainsi discouru sans interruption pendant quinze heures trente, prenant la parole à la tribune mardi soir et n'achevant son discours, épuisé, que mercredi à la mi-journée.

Mettre fin aux blocages partisans au Sénat

C'est pour stopper cette obstruction parlementaire que Mitch McConnell a décidé de recourir à ce que les parlementaires appellent « l'option nucléaire » : la modification de la procédure parlementaire afin d'exiger seulement la majorité simple pour prendre une décision, mettant ainsi fin à l'obstruction des démocrates.

« Ce sera le premier et le dernier blocage partisan de la Cour suprême », a-t-il dit à la tribune, accusant les démocrates de manoeuvres politiques.

Le chef de la minorité démocrate, Chuck Schumer, lui a répliqué en dénonçant une atteinte aux droits parlementaires.

« Dans vingt, trente ou quarante ans, on se souviendra tristement de ce jour comme celui d'un tournant dans l'histoire du Sénat et de la Cour suprême, un jour où nous nous sommes irrévocablement éloignés des principes retenus par les Pères fondateurs pour ces institutions; les principes de ''bipartisanisme'', de modération et de consensus », a-t-il dit.

Il a également rappelé que les sénateurs républicains avaient refusé l'an dernier d'examiner la candidature présentée par Barack Obama pour remplacer le juge Scalia.

Un enjeu crucial pour Donald Trump

L'enjeu de cette bataille parlementaire était crucial pour Donald Trump, car il a fait de la nomination d'un juge conservateur à la Cour suprême une promesse de campagne. Le président américain a par ailleurs essuyé plusieurs revers depuis son entrée en fonction comme sur son décret anti-immigration ou sur la révocation de l'Obamacare et a besoin d'un succès politique.

La confirmation de la nomination de Neil Gorsuch va redonner aux conservateurs la majorité (5 contre 4) au sein de la plus haute instance juridique américaine dont les membres siègent à vie et déterminent la jurisprudence sur les grandes questions de société.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine