Retour

Les Russes espèrent avoir éliminé le chef de l'EI

L'armée russe croit avoir éliminé le chef du groupe armé État islamique (EI), Abou Bakr Al-Baghdadi, au cours d'une frappe aérienne ciblant une réunion de dirigeants de l'organisation près de Raqqa, en Syrie, le 28 mai dernier.

Le ministère russe de la Défense tente de vérifier l’information, alors que la coalition antidjihadiste dirigée par l’armée américaine est pour sa part incapable de le faire pour l’instant.

L’opération a été menée contre un centre de commandement dans un des faubourgs du sud de Raqqa, dernier bastion urbain contrôlé par l’EI en Syrie, selon la page Facebook du ministère de la Défense russe.

« Le 28 mai, des drones ont été utilisés pour avoir la confirmation de l'endroit et de l'heure d'une réunion des dirigeants de l'EI, soit entre 0 h 35 et 0 h 45, explique le communiqué. Les forces aériennes russes ont lancé une attaque sur le centre de commandement où se trouvaient les chefs [de l'EI]. »

« Selon les informations qui sont en cours de vérification grâce à différents canaux, le chef du groupe armé État islamique, Abou Bakr Al-Baghdadi, qui a été éliminé par la frappe aérienne, était également présent lors de la réunion », indique le ministère.

Le ministère russe de la Défense précise qu’une trentaine de dirigeants et des membres de leur garde rapprochée – soit environ 300 personnes – ont été tués dans l’opération. Les djihadistes étaient réunis pour discuter de la retraite des activistes présents dans Raqqa au moment où les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants arabes et kurdes, ont lancé une offensive contre le dernier bastion de l’EI.

Selon Moscou, le commandement du contingent militaire russe en Syrie, basé à Hmeimim, a « reçu fin mai des informations sur la tenue dans la banlieue sud de Raqqa d'une réunion de dirigeants de l'organisation terroriste État islamique ».

« La vérification des informations a permis d'établir que le but de cette rencontre était l'organisation de convois de sortie pour les combattants de Raqqa via le « corridor Sud », dit l'armée russe.

L’armée russe avait déjà annoncé des frappes aériennes contre l’EI les 25, 29 et 30 mai dernier. Les djihadistes de l’EI tentent de fuir Raqqa par le sud en direction de la cité antique de Palmyre qui se trouve sous contrôle de l’armée gouvernementale syrienne.

Les doutes de la coalition

La coalition antidjihadiste n’est toutefois pas en mesure de confirmer la mort d’Al-Baghdadi. « Nous ne pouvons pas le confirmer », a déclaré le porte-parole de la coalition, le colonel John Dorrian.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) émet également des doutes sur la mort présumée par les Russes du chef de l’EI. « L'information est qu'à la fin du mois dernier, Al-Baghdadi se trouvait à Daïr az Zour, dans une zone entre Daïr az Zour et l'Irak, en territoire syrien », a-t-il dit.

La dernière apparition publique d'Abou Bakr Al-Baghdadi remonte à 2014. Apparaissant coiffé d’un turban et d’un habit noirs, la barbe grisonnante, il avait proclamé, à Mossoul, le « califat » sur les vastes territoires conquis par l'EI.

Né en 1971 dans une famille pauvre de la région de Bagdad, Abou Bakr Al-Baghdadi – né Ibrahim Awad Al-Badri – était passionné de football. Il a échoué dans sa tentative de devenir avocat et militaire avant de se tourner vers la théologie. Il a fondé un groupuscule de djihadistes dans la foulée de l’invasion américaine, en Irak, en 2003.

Les combattants de l’EI ont profité du chaos laissé par la guerre civile syrienne pour s’y installer en 2013. Le groupe a supplanté Al-Qaïda et ses succès militaires attirent des milliers de partisans de partout sur la planète.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine