Retour

Macron hausse le ton contre Trump à la veille du G7

Le président français, en visite à Ottawa, a vertement critiqué Donald Trump pour ses différentes décisions concernant tant le commerce international que l'accord sur le nucléaire iranien, à la veille du G7.

« On ne peut pas faire une guerre commerciale avec des alliés », a martelé Emmanuel Macron lors d'un point de presse tenu conjointement avec Justin Trudeau jeudi matin, à Ottawa.

Hier, les deux dirigeants avaient indiqué vouloir faire front commun dans la guerre commerciale opposant Washington au Canada et à l'Union européenne, après l'annonce de l’application américaine d’importantes taxes douanières sur l’acier et l’aluminium.

« Il nous faudra défendre un multilatéralisme fort », a soutenu Emmanuel Macron, en soulignant les liens étroits qui unissent le Canada et la France, réaffirmés dans une déclaration commune.

Il prévient qu'il y aura « d'importants défis » au Sommet du G7, qui se tiendra les 8 et 9 juin à La Malbaie, au Québec.

« Le G7, c'est une opportunité pour nous de nous rassembler pour avoir des discussions franches, ouvertes », a dit Justin Trudeau, plus conciliant que son homologue français.

Visiblement, Donald Trump a été informé des propos des deux dirigeants, puisqu’il avait un message pour eux sur Twitter jeudi soir.

M. Trump a conclu son message en disant : « J’ai hâte de les voir demain ».

Un peu plus tard en soirée, toujours sur Twitter, il a ajouté que le premier ministre canadien « s’indigne et parle de la relation qui existe entre les États-Unis et le Canada depuis plusieurs années ».

« Mais il n’aborde pas le fait que le Canada nous impose des tarifs qui vont jusqu’à 300 % sur les produits laitiers – ce qui fait mal à nos fermiers et tue notre agriculture! », a ajouté le président américain.

Les deux dirigeants n'ont pas voulu donner de détails sur la stratégie qu'ils comptent adopter lors des discussions pendant le Sommet du G7 pour tenter de convaincre le président américain de changer son fusil d'épaule, notamment au sujet de tarifs douaniers.

Tenteront-ils la confrontation? Garderont-ils la méthode plus douce? « On va tout essayer », a indiqué à notre journaliste Philippe-Vincent Foisy une source du gouvernement canadien bien au fait du dossier.

Emmanuel Macron a aussi reproché à Donald Trump de s'être retiré de l'accord sur le nucléaire iranien. « Nul d'entre nous n'est éternel », a-t-il lancé.

« Nos pays, les engagements que nous avons pris, nous dépassent. [...] Il y a une continuité de l'État qui est au coeur du droit international », a-t-il rappelé.

Le président français a averti Donald Trump que la négociation qu'il s'apprête à avoir avec la Corée du Nord sur la dénucléarisation manquera de crédibilité « si nous détricotons les négociations d'il y a trois ans sur le nucléaire iranien ».

Une vision et des initiatives franco-canadiennes

Emmanuel Macron a aussi salué la « vue commune du monde » que son pays partage avec le Canada, lors de cette même conférence de presse.

Nous avons « un partenariat basé sur des valeurs communes, mais renforcé par une vision ambitieuse d’un avenir meilleur pour tous », a affirmé Justin Trudeau, qui souligne le bel esprit de collaboration qui existe entre lui et le président français.

Les deux chefs d'État ont par ailleurs annoncé une série d’initiatives communes.

Ils ont entre autres signé la Déclaration franco-canadienne sur l'intelligence artificielle, qui permettra la création d'un groupe d'experts internationaux.

Les dirigeants se sont aussi engagés à mettre sur pied le Fonds transatlantique, de 120 millions de dollars, pour offrir aux entreprises canadiennes et françaises la possibilité de développer leurs activités dans l'autre continent.

D'autres ententes ont aussi été conclues, notamment au sujet du développement durable et de l'éducation des jeunes filles.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine